Le secteur de l’énergie en souffrance au Canada

La semaine dernière, la société Petronas a annoncé qu’elle n’investirait pas 36 milliards de dollars dans son projet de la Pacific Northwest LNG, ce qui est un revers important puisque le projet aurait créé des centaines d’emplois stables à long terme et stimulé la croissance économique au Canada.

Cette tendance inquiétante selon laquelle les entreprises choisissent d’investir ailleurs est clairement attribuable au refus du gouvernement libéral d’encourager et de promouvoir des projets d’énergie. Plutôt que de promouvoir le secteur énergétique du Canada et le projet de la Pacific Northwest LNG, le gouvernement libéral accorde la priorité aux politiques qui nuisent à la croissance et à la création d’emplois dans le secteur de l’énergie du Canada. Les investisseurs n’ont tout simplement plus confiance dans l’environnement d’investissement au Canada.

Depuis 2015, Justin Trudeau envoie des signaux clairs aux investisseurs qui leur laissent entendre que le processus d’examen réglementaire pourrait être modifié au pied levé selon la direction dans laquelle souffle le vent politique. Nous l’avons constaté avec le projet Northern Gateway et le projet de pipeline Trans Mountain.

Nous en avons été aussi témoins lorsque Justin Trudeau a imposé une taxe nationale sur le carbone, même si les États Unis – notre principal partenaire commercial – ne l’ont pas fait. Il ne s’est pas porté à la défense des emplois et de la croissance économique mondiale, ce qui a coûté à l’économie canadienne des centaines de millions, voire des milliards de dollars.

Le gouvernement devrait promouvoir les évaluations environnementales et le développement économique par l’entremise de processus de réglementation rigoureux. Lorsque des projets respectent les exigences environnementales nécessaires pour être approuvés, une croissance et un développement économiques devraient s’ensuivre. Le projet Pacific Northwest LNG a été approuvé sous condition par le gouvernement fédéral, mais il est maintenant annulé.

Il est déplorable que le gouvernement libéral soit resté les bras croisés et ait laissé des milliards de dollars être investis ailleurs.