Les conservateurs soutiennent les agriculteurs canadiens

La relation de Justin Trudeau avec la Chine s’est détériorée, et les agriculteurs canadiens en font les frais.

Plus tôt ce mois-ci, les autorités chinoises ont annulé le permis de vente de Richardson International, un important distributeur canadien de canola basé à Winnipeg. Les Chinois ont prétendu que la décision avait été prise parce que le canola était contaminé, mais ils n’ont fourni aucune preuve pour étayer leurs affirmations. Cette semaine, l’interdiction a été étendue à Viterra Inc., une entreprise de Regina, pour les mêmes motifs. Dans les faits, plusieurs vendeurs de canola ne reçoivent plus de commandes de la Chine.

Nous savons tous combien l’agriculture est importante dans l’économie canadienne. Le secteur emploie directement et indirectement beaucoup de gens autour de nous (membres de notre famille, amis ou voisins). De plus, le Canada est le premier exportateur mondial de canola. En 2018, environ 40 % de notre canola a été vendu à la Chine, ce qui représente approximativement 2,7 milliards de dollars. Il faut donc que le gouvernement fédéral agisse promptement et avec détermination pour remédier à cette situation.

Il ne fait aucun doute que les accusations de la Chine sont sans fondement. Les agriculteurs d’ici, dans le sud-est du Manitoba, et d’ailleurs au Canada produisent du canola de qualité. C’est ce qui nous amène à penser que la décision de la Chine de bloquer nos importations de canola n’a rien à voir avec la qualité de notre canola, mais tout à voir avec la qualité de sa relation avec Justin Trudeau.

Le premier ministre canadien nuit à nos agriculteurs à cause de ses faux pas sur la scène internationale, mais s’il est prêt à travailler avec tous les parlementaires, au-delà des clivages partisans, nous pourrons corriger la situation. Les députés conservateurs du Comité permanent de l’agriculture et de l’agroalimentaire ont demandé la tenue d’une réunion d’urgence pour discuter du dossier et trouver une solution. Notre équipe conservatrice continuera de défendre le secteur canadien de l’agriculture sur la scène mondiale et presse le gouvernement libéral d’en faire autant.