Rentré d’un côté, ressorti de l’autre

Nous savons tous que les libéraux ont un problème sur le plan des dépenses. Cette semaine seulement a apporté de nouvelles révélations sur leur incompétence financière dans le domaine des sondages d’opinion. Les libéraux dépensent des millions de dollars en sondage auprès des Canadiens. Certes, les sondages peuvent constituer un outil efficace pour solliciter des commentaires et orienter le gouvernement, mais seulement si la politique du gouvernement reflète l’opinion professée par le pays. Malheureusement, les libéraux continuent d’ignorer ce que les Canadiens leur disent et privilégient leur propre intérêt de manière sectaire.

Par exemple, les résultats d’un récent sondage de Forum Research ont montré que 14 % des Canadiens seulement appuient la motion libérale 103 sur l’islamophobie (un terme que les libéraux vont par ailleurs devoir définir) contre 86 % qui ne l’appuient pas. Qu’est-ce que Justin Trudeau et les libéraux ont fait? Histoire d’en rajouter, ils ont réaffirmé leur détermination à la faire adopter.

Un autre sondage conduit par l’entreprise montréalaise CROP montre que 75 % des Canadiens sont en faveur d’une certaine forme de sélection des nouveaux immigrants au Canada en fonction des valeurs canadiennes. Les libéraux de Justin Trudeau ont rejeté toute demande de ce genre, favorisant encore une fois l’idéologie par rapport à des politiques sensées.

Dans notre propre circonscription de Provencher, nous avons pu constater sur le terrain que le premier ministre n’écoute pas les Canadiens. Selon un récent sondage d’opinion de Reuters/Ipsos commandé par le Globe and Mail, 48 % des Canadiens se disent en faveur d’un renforcement des mesures de sécurité à la frontière et de l’expulsion des immigrants illégaux et des demandeurs d’asile, soit un pourcentage de Canadiens supérieur au pourcentage de Canadiens ayant porté les libéraux de Justin Trudeau au pouvoir.

Il y a deux semaines, j’ai demandé au premier ministre Justin Trudeau de condamner un phénomène que l’on observe partout au pays, à savoir le passage illégal de la frontière. Son tweet initial de bienvenue au Canada a été la source d’une grande confusion et a contribué à envoyer au monde le message selon lequel le Canada pourrait devenir un pays sanctuaire. J’ai demandé à Justin Trudeau de s’expliquer. Il a répondu : « Qui que vous soyez, d’où que vous veniez, il y aura toujours une place pour vous au Canada » [TRADUCTION]. QUI QUE VOUS SOYEZ, vous êtes bienvenu? Vraiment? Non seulement M. Trudeau ne veut pas condamner le passage illégal de la frontière, mais en plus il semble maintenant encourager ouvertement ce phénomène. Les Canadiens croient en une frontière sûre et le premier ministre du Canada lui-même bat cette idée en brèche.

Si M. Trudeau dépense l’argent des contribuables pour connaître l’opinion des Canadiens, pourquoi donc n’écoute-t-il pas? La sensibilité élitiste de notre premier ministre et de ses collègues semble être heurtée par le fait que les Canadiens ne sont pas pressés de mettre en place leur programme radical.

Il faut que quelqu’un explique à Justin Trudeau que, dans une démocratie, le peuple élit des représentants qui sont censés gouverner selon les souhaits du peuple qu’ils représentent. Les libéraux aiment se vanter de leur légitimité démocratique, mais le fait est que Justin Trudeau et son équipe ne sont pas des partisans de la démocratie. Pour dire les choses simplement, ils ne semblent pas se préoccuper de ce que les Canadiens leur disent.

Je suppose que Justin Trudeau sait mieux que nous ce qui est le mieux pour les Canadiens.