Justin, soyez prêt

Justin Trudeau a passé l’été à remanier son Cabinet, à tergiverser quant à la sécurité frontalière et à travailler sans relâche pour augmenter vos impôts. Les conservateurs l’ont passé à se préparer à défendre les Canadiens et le simple bon sens, à l’approche de la session parlementaire d’automne.

Voici donc quatre questions dont les résidants de ma circonscription (et des gens de partout au Canada) me parlent régulièrement :

Hausses d’impôt : Les libéraux se frottent les mains à la perspective d’une augmentation de leurs recettes fiscales, qu’ils pourront gaspiller. D’après les plus récentes modifications proposées, on peut s’attendre à une hausse massive d’impôt pour les petites entreprises, les agriculteurs et les professionnels. Si vous êtes un entrepreneur et que vous voulez économiser en prévision de votre retraite, les hausses d’impôt proposées vous compliqueront la vie. Les petites entreprises canadiennes seront contraintes de mettre à pied des employés, de réduire leurs avantages ou de fermer leurs portes. En outre, en raison des hausses d’impôt, il sera plus difficile pour les parents de léguer une petite entreprise ou une exploitation agricole à leurs enfants. Ces hausses accroîtront aussi l’exode des médecins et d’autres professionnels aux États Unis.

Voici ma question : Justin Trudeau a donné 400 millions de dollars de fonds publics à Bombardier (ce qui a payé des augmentations salariales de 50 % pour ses PDG millionnaires). Il est en train de mettre en place des garanties de prêt de 15 milliards de dollars pour des investisseurs milliardaires et leurs entreprises à risques élevés, en faisant assumer tous les risques par les contribuables canadiens. Il a aussi gonflé la dette nationale, ce qui signifie que les contribuables canadiens de la classe moyenne auront à payer des intérêts plus élevés aux riches détenteurs d’obligations. Si Justin Trudeau prétend soutenir la « classe moyenne et ceux qui travaillent fort pour en faire partie », pourquoi continue-t-il de prendre son argent pour le remettre à ses amis super riches?

Avec mes collègues conservateurs, je continuerai de défendre les intérêts des contribuables canadiens contre les propositions de mesures fiscales naïves et dangereuses de Justin Trudeau.
Sécurité à la frontière : Le nombre de migrants illégaux qui entrent au Canada a explosé au cours de l’été. Alors que des milliers de personnes arrivaient illégalement au Canada, le gouvernement libéral a choisi de continuer sur la voie de l’inaction pour ce qui est d’endiguer leur flot. La majorité de ces personnes ne répondent pas aux critères du statut de réfugié au Canada, et un grand nombre d’entre elles ont de lourds antécédents criminels. Ainsi, en plus de leur fournir des millions de dollars de prestations (éducation, soins de santé, logement, aide juridique et soutien financier), les contribuables doivent assumer les coûts de traitement de leurs demandes. Traditionnellement, plus de 60 % des demandeurs d’asile voient leur demande rejetée. Au cours des deux derniers mois seulement, le coût des demandes inadmissibles (souvent fausses) a avoisiné 112 millions de dollars. Dans ses gazouillis irresponsables, Justin Trudeau, fermant les yeux sur les passages clandestins aux frontières, a exacerbé cette situation (et il continue de le faire). Mes collègues conservateurs et moi-même allons continuer de demander des comptes à Justin Trudeau et aux libéraux en ce qui concerne la défense de la souveraineté de notre frontière, le respect de notre système d’immigration juste et légitime, et la protection de la population canadienne.

Liberté de religion : Les conservateurs s’inquiètent vivement des modifications proposées par les libéraux à l’article 176 du Code criminel. En effet, il s’agit du seul article du Code qui accorde des protections précises aux personnes (y compris les membres du clergé) en leur permettant de pratiquer leur religion sans crainte d’ingérence, d’interruption ou d’obstruction. Ces modifications créent un dangereux précédent. Avec mes collègues conservateurs, je continuerai à défendre les valeurs canadiennes fondamentales, à savoir que les Canadiens de toutes les confessions doivent être libres de pratiquer leur religion sans crainte.

Légalisation de la marijuana : Justin Trudeau a déclaré qu’il voulait garder cette drogue hors de la portée des enfants, mais son « plan » de légalisation de la marijuana constitue une promesse à ceux qui en fument, et non aux parents. Il reste encore beaucoup trop de questions sans réponse, et les réponses données par le premier ministre sont effrontément naïves. Contrairement aux libéraux, les conservateurs ont décidé d’écouter les spécialistes et de s’opposer au projet de loi.

Et nous n’avons pas oublié qu’il a accordé un montant de 10 millions de dollars au terroriste Omar Khadr. Nous lui demanderons aussi des comptes à ce sujet.

Il va sans dire que nous aurons beaucoup de travail à faire, à l’automne, dans ces dossiers ainsi qu’à l’égard de nombreuses autres questions. Le premier ministre aura beaucoup de comptes à rendre lors de la reprise des travaux du Parlement. Chacun sait que Justin Trudeau n’aime pas répondre aux questions ni assumer la responsabilité des gestes qu’il pose. Cependant, il devra rendre compte de ses décisions téméraires et des objectifs sociaux radicaux qu’il impose aux Canadiens. Notre caucus conservateur est prêt à retourner travailler. Justin Trudeau ferait mieux d’être prêt lui aussi.