Regard en arrière, regard vers l’avant

La Chambre des communes a poussé un soupir de soulagement collectif quand la session parlementaire du printemps s’est terminée le 21 juin 2017. La relâche estivale est maintenant en cours et je suis content de passer plus de temps dans les communautés du sud-est du Manitoba, rencontrant les électeurs de façon formelle et informelle. Le retour à la maison me permet également de réfléchir à certains enjeux clés de la dernière session parlementaire.

En janvier, nous avons demandé des comptes au premier ministre Trudeau pour ses luxueuses vacances de 130 000 $ sur une île privée dans les Bahamas, chez un « ami » dont la fondation a reçu 55 millions de dollars du gouvernement Trudeau. Ces vacances, et le scandale des appels de fonds avec accès au comptant où des lobbyistes – dont l’homme d’affaires chinois et conseiller du gouvernement chinois Zhang Bin (qui a fait un don d’un million de dollars à la Fondation Pierre Elliott Trudeau) – ont payé 1 500 $ par personne pour avoir un accès direct au premier ministre et à des ministres du cabinet, ont poussé Mary Dawson, la commissaire fédérale aux conflits d’intérêts et à l’éthique, à lancer une enquête sur les activités du premier ministre. C’est la première fois qu’un premier ministre en poste fait l’objet d’une enquête par un commissaire à l’éthique. Le premier ministre Trudeau refuse de dire aux Canadiens s’il a rencontré la commissaire, une préoccupation sérieuse compte tenu de la gravité des accusations et de sa volonté déclarée d’améliorer la transparence de son gouvernement libéral. Personne ne reproche au premier ministre de prendre des vacances, mais il a choisi d’ignorer les règles d’éthique existantes, et c’est mal.

Plus tôt cette année, le premier ministre Trudeau a diffusé sur Twitter plusieurs messages irresponsables qui ont porté de nombreux gens à croire qu’il n’est pas vraiment nécessaire d’entrer au Canada par les voies légales. Depuis, des centaines de migrants illégaux ont envahi des communautés frontalières comme Emerson. Comprenez-moi bien, le Canada est un pays généreux et accueillant, et il devrait continuer à accueillir les réfugiés qui fuient la guerre, la violence ou la persécution. Cependant, nous devons toujours tenir compte de notre sécurité nationale et faire preuve de diligence pour assurer que nous savons qui entre dans notre pays, à quel endroit et pourquoi. J’ai visité Emerson à plusieurs reprises depuis l’augmentation des passages illégaux, et j’ai vu l’inquiétude et la frustration de nos agents frontaliers alors qu’ils subissent les répercussions des messages irresponsables du premier ministre. Le gouvernement libéral doit régler ce problème et protéger nos frontières.‎

Alors que nous nous préparons à la session automnale au Parlement, notre nouveau chef conservateur Andrew Scheer et notre équipe vont continuer à défendre les Canadiens. Nous allons redoubler d’efforts pour demander des comptes à ce gouvernement pour ses hausses fiscales et ses politiques qui freinent la création d’emplois, et pour l’éthique douteuse du premier ministre. Je suis prêt à rapporter à Ottawa cet automne les commentaires et les préoccupations dont vous me ferez part au cours de l’été.