Warning: mysqli_query(): (HY000/1): Can't create/write to file '/tmp/#sql_361_0.MYI' (Errcode: 28 - No space left on device) in /home/tedfalkc/public_html/wp-includes/wp-db.php on line 1877
Semaine de la PME – teintée d’un virage ironique des libéraux | Ted Falk, MP

Semaine de la PME – teintée d’un virage ironique des libéraux

Les dernières semaines ont été difficiles pour le ministre libéral des Finances Bill Morneau.

Après des semaines de couverture médiatique négative et le tollé général à la suite des changements fiscaux proposés – équivalents à une hausse fiscale importante pour la classe moyenne –, les libéraux tentent maintenant de changer le sujet en… mettant en œuvre le plan du Parti conservateur de réduction d’impôt pour la petite entreprise.

Le premier ministre Stephen Harper avait réduit le taux d’imposition des petites entreprises de 12 % à 11 %; en 2015, il s’était engagé à le réduire même davantage, soit jusqu’à 9 %.

Pendant la campagne électorale, Justin Trudeau avait d’abord énoncé qu’il égalerait notre allégement fiscal pour les petites entreprises. Les libéraux ont brisé cette promesse en 2016 et ils ont annulé la réduction que nous avions prévue. Aujourd’hui en 2017, les libéraux prévoient augmenter les impôts des entreprises locales, des exploitations agricoles familiales et des services professionnels essentiels tels que les médecins.

La réaction claire et forte de la majorité des Canadiens ne s’est pas fait attendre : c’est tout simplement injuste.

Maintenant, par une tentative désespérée de changer le sujet et de mettre fin aux manchettes désastreuses, Justin Trudeau a annoncé qu’en fin de compte, il va promettre à nouveau de réduire le taux d’imposition des petites entreprises à 9 %. Il affirme que cela avait toujours été son plan, mais si c’est la vérité, pourquoi le mentionne-t-il seulement maintenant? Et pourquoi seulement en 2019?

C’est ainsi que lundi dernier, par l’ironie du sort, lors de la première journée de la « Semaine de la PME », le premier ministre et le ministre des Finances se sont retrouvés dans un restaurant italien, une entreprise familiale à Stouffville, en Ontario. Ils ont fait des simagrées pour les photos en essayant d’avoir un air sincère et intéressé envers la situation difficile des propriétaires des petites entreprises et de leurs employés.

Tout s’est bien déroulé jusqu’aux questions des médias, alors que les journalistes ont confronté le ministre des Finances au sujet de la SCI Mas des Morneau; une société à actif nominal, un paradis fiscal qu’il a créé avec sa villa de luxe dans le sud de la France – un bien qu’il a choisi de ne pas déclarer au commissaire fédéral aux conflits d’intérêts et à l’éthique lorsqu’il est entré en fonction. Oups!

Avec un mépris à peine voilé et une réplique déplacée, Justin Trudeau a tenté de se placer en avant de son ministre des Finances, mais le dommage était déjà fait.

Bill Morneau n’est pas le premier ministre libéral à avoir des démêlés avec le commissaire aux conflits d’intérêts et à l’éthique. Justin Trudeau fait présentement l’objet d’une enquête quant à son utilisation de près d’un quart de million de dollars de fonds publics pour des vacances de luxe et pour la sollicitation de fonds auprès de lobbyistes étrangers (c’est la première fois de l’histoire du Canada qu’un premier ministre en exercice fait l’objet d’une enquête par le commissaire aux conflits d’intérêts et à l’éthique).

Les Canadiens sont en train de se rendre compte de l’hypocrisie de l’augmentation des impôts de ce gouvernement libéral. Les Canadiens de la classe moyenne seront les plus touchés par ces changements fiscaux, tandis que la « fortune familiale » autoproclamée de Justin Trudeau sera épargnée par ses hausses fiscales, de même que la société de Bill Morneau, Morneau Shepell. En fait, de nombreux experts financiers ont souligné que Morneau Shepell tirera profit financièrement de ces changements fiscaux.

Les libéraux prétendent aider la classe moyenne, mais en réalité, ils n’aident qu’eux mêmes. Il n’y a rien de « juste » dans cela.

Nous ne pouvons pas faire confiance à Justin Trudeau. Il a manqué à sa promesse auparavant. Il va la rompre à nouveau. Si nous relâchons notre vigilance, il haussera à nouveau le taux d’imposition des petites entreprises. C’est pourquoi les Canadiens ne peuvent se permettre d’accorder un deuxième mandat aux libéraux de Justin Trudeau.

Les conservateurs forment le parti de la prospérité pour tous les Canadiens et les conservateurs canadiens sont à votre écoute. Nous avons livré une bataille constante contre le programme d’augmentation des impôts de Justin Trudeau et nous continuerons à le faire.