Nominate someone deserving for the King Charles III Coronation Medal - Click here!

Canada Can’t Afford Another Four Years of Justin Trudeau: A Year in Review

[:en]Another session of Parliament has come to a close.
Looking back, I am proud to say that Conservatives have worked hard on behalf of Canadians. Our team was united and strong as we held Justin Trudeau’s Liberal Government to account.
Here is a brief—and far from comprehensive—recap of the last year in Canada’s Parliament.
Last year at this time there was great concern over illegal migrants crossing the border near Emerson MB and across the country. Justin Trudeau’s reckless “welcome to Canada” tweet started the stampede towards the Canadian border. A year and half into this crisis, with tens of thousands of people having already entered the country illegally and hundreds of millions of dollars spent providing services to these illegal migrants, the Liberals continue to do nothing to protect the integrity of our border.
Last July Canadians were outraged by Justin Trudeau’s decision to apologize to and pay $10.5 million to convicted terrorist Omar Khadr. It was also in July that the Liberals introduced their reckless plan to decriminalize marijuana.
August marked the first of many rounds of failed NAFTA renegotiations.
In September, Canadians learned just how much the Prime Minister’s luxury vacation had cost them. But hey, who hasn’t spent $215,000 on a family vacation, right? For the first time in Canadian history a sitting Prime Minister was under investigation by Canada’s Ethics Commissioner. It was also in September that the Liberals rolled out their war on “tax cheats,” i.e. small businesses, doctors and family farms.
In October, as his assault on “tax cheats” intensified, the PM would have done well to look two seats to his right, as a slough of stories about Finance Minister Bill Morneau’s ethics and undisclosed private holdings—including his French villa—were made public.
In November, after months of calling hard working Canadians tax cheats, several major Liberal party players, including Trudeau’s chief fundraiser, were implicated in the Panama papers for being—drumroll please—tax cheats.
In December, Canada’s Ethics Commissioner found Justin Trudeau guilty of violating federal ethics rules—another sad first in Canadian history. December also held another failure on trade as Trudeau flew to China, only to be snubbed by the world’s largest economy. It was also in December that my office discovered the Liberal’s discriminatory new Canada Summer Jobs attestation. This attestation demanded that organizations swear allegiance to Liberal ideology in order to receive Government funding, in clear violation of the Charter rights of all Canadians to freedom of conscience, religion, thought, belief, opinion and expression.
In January, we celebrated the start of a new year but it was still the same old Trudeau. The PM embarked on a cross Canada town hall tour to try to repair some of the damage done by recent scandals. It was in Edmonton that Trudeau told a seriously wounded veteran that veterans were asking for too much in the way of compensation—this after he gave Omar Khadr $10.5 million. This comment (among others) sparked outrage across the country.
In February, Liberal MP Iqra Khalid brought forward her Motion-103 on “Islamophobia”. My Conservative colleagues and I suggested that the Liberals make the motion more inclusive, to include all religious discrimination. Sadly, this common sense solution did not make sense to the Liberals who rejected it.
In March, the Prime Minister became the laughing stock of the world as he traveled to India where he danced and dressed like a character out of Bollywood. There was little to laugh about, however, when it became known that the Liberals had invited convicted attempted murderer and terrorist Jaspal Atwal to numerous functions—a serious insult to their hosts and a major security gaffe. After giving a speech in front of the Sikh separatist flag earlier in the year, Trudeau also bragged about how he had more Sikh cabinet ministers than the Prime Minister of India. All of this culminated in another snub and another failure to secure a trade deal with one of the world’s largest economies. This was followed by a wide array of dizzyingly differing stories as to what had happened and who was to blame—though needless to say the Prime Minister did not feel any of the responsibly for the gaffe riddled trip should be shouldered by him.
In April, Mr. Trudeau found himself under fire for his Government’s inability to get the Kinder Morgan Transmountain Pipeline project moving.
In May, Kinder Morgan threatened to pull the plug on the Transmountain pipeline if the Trudeau Government couldn’t assure the security of the project. The Liberals assured Kinder Morgan and Canadians that the pipeline would be built. What they failed to tell Canadians was that they would use $4.5 billion of your tax dollars to buy it.
As we come to the end of June the Trudeau Liberals remain scandal-ridden. Recent information has come to light that the Liberals, after refusing federal money to faith groups who want to do charitable work, used Canada Summer Jobs grants to fund pipeline protesters in BC and radical Islamic extremists in Toronto—specifically, a group that is calling for the death and destruction of Israel and America.
He also managed to get us involved in a trade war with our closest friend and ally, which leads us to the state of Canada’s economy:
Canadians know that Justin Trudeau’s policies have made it harder for families and individuals to make ends meet. 90% of Canadian families are already paying higher taxes under the Liberals, and there are more new taxes on the way. While it remains unclear just how much the Liberal Carbon Tax will end up costing Canadians, economists estimate that the average Canadian family will pay between $1,100 and $2,500 more in taxes per year. The main reason for taking additional money out of the pockets of hardworking Canadians is to pay for Justin Trudeau’s out of control spending. Despite the increased tax revenue the Liberals are projecting deficits into 2045. So much for budgets balancing themselves.
Government spending has increased by 20% over the last three years but only 2% of this additional spending went into genuine infrastructure projects that would help grow Canada’s economy or create jobs.
Canada can’t afford another four years of Justin Trudeau and failed Liberal policies. We don’t want to see the Liberal’s debts passed down to our children and grandchildren.
That is why, over the course of the summer, my colleagues and I will be sharing our positive Conservative vision with Canadians: one that puts people before government and fights to create opportunities and provide security for all Canadians. We are ready to offer Canadians a principled, common sense, responsible alternative to the Liberals.
I am looking forward to spending more time in Provencher over the summer, and to have the opportunity to hear from and to catch up with you, my constituents, family and friends.

[:fr]Une autre session parlementaire vient de se terminer.
En rétrospective, je suis fier de dire que les conservateurs ont travaillé d’arrache-pied au nom des Canadiens. Notre équipe a fait preuve d’unité et de force en demandant au gouvernement libéral de Justin Trudeau de rendre des comptes.
Voici une brève – et très loin d’être complète – récapitulation de l’année dernière au Parlement du Canada.
L’année dernière à pareille date, on s’inquiétait profondément des migrants qui franchissaient illégalement la frontière près d’Emerson, au Manitoba, et partout au pays. Si on a commencé à se ruer vers la frontière canadienne, c’est à cause de Justin Trudeau, qui a publié le gazouillis irresponsable suivant : « Bienvenue au Canada ». Cette crise dure depuis un an et demi, des dizaines de milliers de personnes sont déjà entrées illégalement au pays et on a dépensé des centaines de millions de dollars pour offrir des services à ces migrants illégaux, mais les libéraux ne font toujours rien pour protéger l’intégrité de la frontière.
En juillet dernier, les Canadiens ont été outrés par la décision de Justin Trudeau de présenter des excuses et de verser 10,5 millions de dollars au terroriste notoire Omar Khadr. C’est aussi en juillet que les libéraux ont présenté leur plan irresponsable visant à décriminaliser la marijuana.
Le mois d’août a marqué la première de nombreuses rondes de renégociations infructueuses de l’ALENA.
En septembre, les Canadiens ont découvert exactement combien les vacances de luxe du premier ministre leur ont coûté. Mais bon, qui n’a jamais dépensé 215 000 $ pour des vacances familiales, pas vrai? Pour la première fois de l’histoire du Canada, un premier ministre en exercice a fait l’objet d’une enquête par la commissaire à l’éthique du Canada. C’est aussi en septembre que les libéraux ont lancé leur guerre contre les « fraudeurs fiscaux », c’est-à-dire les petites entreprises, les médecins et les fermes familiales.
En octobre, alors que son offensive contre les « fraudeurs fiscaux » s’intensifiait, le premier ministre aurait mieux fait de regarder la personne assise au deuxième siège à sa droite, étant donné que des histoires sordides au sujet de l’éthique et des avoirs personnels non déclarés du ministre des Finances, notamment sa villa en France, ont été rendues publiques.
En novembre, après avoir passé des mois à traiter les travailleurs canadiens de fraudeurs fiscaux, plusieurs acteurs importants du Parti libéral, notamment l’agent de financement principal de M. Trudeau, ont été impliqués dans les Panama Papers comme étant – roulement de tambour s’il vous plaît – des fraudeurs fiscaux.
En décembre, la commissaire à l’éthique du Canada a reconnu Justin Trudeau coupable d’avoir violé les règles d’éthique fédérales — une autre triste première dans l’histoire du Canada. Décembre a aussi été marqué par un autre échec commercial, étant donné que M. Trudeau s’est rendu en Chine seulement pour se faire snober par la plus grande économie du monde. C’est aussi en décembre que mon bureau a découvert la nouvelle attestation discriminatoire imposée par les libéraux dans le cadre de l’initiative Emplois d’été Canada. Cette attestation exige que les organismes prêtent un serment d’allégeance à l’idéologie libérale afin de recevoir du financement du gouvernement, ce qui viole clairement les droits de tous les Canadiens à la liberté de conscience, de religion, de pensée, de croyance, d’opinion et d’expression, qui sont garantis par la Charte.
En janvier, nous avons célébré le début d’une nouvelle année, mais c’était toujours le même bon vieux M. Trudeau. Le premier ministre a entrepris une tournée d’assemblées publiques partout au Canada pour tenter de réparer certains des dommages causés par les récents scandales. C’est à Edmonton que M. Trudeau a déclaré à un ancien combattant gravement blessé que les anciens combattants en demandent trop en matière d’indemnisation – il a fait cette déclaration après avoir versé 10,5 millions de dollars à Omar Khadr. Cette observation (notamment) a suscité l’indignation partout au pays.
En février, la députée libérale Iqra Khalid a présenté la motion M 103 sur « l’islamophobie ». Mes collègues conservateurs et moi avons suggéré aux libéraux de présenter une motion plus inclusive afin d’englober toute forme de discrimination religieuse. Malheureusement, cette solution sensée était absurde aux yeux des libéraux, qui l’ont rejetée.
En mars, le premier ministre est devenu la risée du monde entier lorsqu’il s’est rendu en Inde, où il a dansé et s’est vêtu comme un personnage sorti tout droit d’un film de Bollywood. Toutefois, il n’y avait pas lieu de rire lorsqu’on a appris que les libéraux avaient invité Jaspal Atwal, une personne reconnue coupable de tentative de meurtre et un terroriste, à de nombreuses réceptions, ce qui a représenté une insulte grave envers leurs hôtes ainsi qu’une énorme gaffe en matière de sécurité. Après avoir donné un discours devant le drapeau des séparatistes sikhs plus tôt cette année, M. Trudeau s’est aussi vanté d’avoir plus de ministres sikhs que le premier ministre de l’Inde. Après tout cela, on s’est une fois de plus fait snober et on a encore une fois été incapables de conclure un accord commercial avec l’une des plus grandes économies du monde. Par la suite, on a eu droit à toute une série de conclusions divergentes et aberrantes entourant les événements qui ont eu lieu et les responsables de ces gaffes – par contre, il va sans dire que, selon le premier ministre, ce n’était pas à lui d’assumer la responsabilité des gaffes qui se sont accumulées lors de ce voyage.
En avril, M. Trudeau a fait l’objet de critiques en raison de l’incapacité de son gouvernement à faire avancer le projet d’expansion du réseau Trans Mountain de Kinder Morgan.
En mai, Kinder Morgan a menacé de mettre fin au projet d’expansion du réseau Trans Mountain si le gouvernement Trudeau n’arrivait pas à en assurer la sécurité. Les libéraux ont assuré à Kinder Morgan et aux Canadiens que le projet se concrétiserait. Ce qu’ils n’ont pas dit aux Canadiens, c’est qu’ils utiliseraient 4,5 milliards de dollars de fonds publics pour acheter l’oléoduc.
Le mois de juin tire à sa fin, et les libéraux de Trudeau demeurent entachés de scandales. Selon des renseignements récents, les libéraux, après avoir refusé d’accorder des fonds fédéraux à des groupes confessionnels qui souhaitent mener des activités de bienfaisance, ont utilisé les subventions de l’initiative Emplois d’été Canada pour financer des manifestants anti-oléoducs en Colombie-Britannique et des extrémistes islamiques radicaux à Toronto – plus particulièrement, un groupe qui demande qu’on sème la mort et la destruction en Israël et en Amérique.
Le premier ministre a aussi réussi à nous engager dans une guerre commerciale avec notre meilleur ami et allié, ce qui nous mène à l’état de l’économie du Canada.
Les Canadiens savent que, à cause des politiques de Justin Trudeau, les familles et les particuliers ont plus de difficultés à joindre les deux bouts. Sous les libéraux, 90 % des familles canadiennes assument déjà un fardeau fiscal plus élevé, et on prévoit l’imposition de nouvelles mesures fiscales. On ne sait toujours pas combien la taxe libérale sur le carbone coûtera aux Canadiens, mais les économistes estiment que la famille canadienne moyenne paiera entre 1 100 $ et 2 500 $ de plus en taxes par année. La principale raison d’aller chercher encore plus d’argent dans les poches des Canadiens, qui travaillent fort, c’est pour payer les dépenses effrénées de Justin Trudeau. Malgré les recettes fiscales accrues, les libéraux prévoient des déficits jusqu’en 2045. Tant pis pour les budgets qui s’équilibrent d’eux-mêmes.
Depuis les trois dernières années, les dépenses gouvernementales ont augmenté de 20 %, mais seulement 2 % de cet argent supplémentaire a été dépensé dans de véritables projets d’infrastructure qui contribuent à stimuler l’économie du Canada et à créer des emplois.
Le Canada ne peut pas se permettre d’être sous la houlette de Justin Trudeau et de subir les mauvaises politiques libérales pendant encore quatre ans. Nous ne voulons pas que les dettes des libéraux soient léguées à nos enfants et à nos petits-enfants.
Voilà pourquoi, au cours de l’été, mes collègues et moi allons faire part aux Canadiens de la vision positive des conservateurs, qui fait passer les gens avant le gouvernement et qui s’efforce de créer des débouchés et d’assurer la sécurité de tous les Canadiens. Nous sommes prêts à offrir aux Canadiens une solution de rechange raisonnée, sensée et responsable aux libéraux.
J’ai hâte de passer plus de temps dans Provencher cet été afin de pouvoir vous entendre et reprendre contact avec vous, mes concitoyens, ma famille et mes amis.

[:]