Do you support the Conservative plan to axe the tax? Click here to let me know!

Conservatives Stand Up For Canada’s Economy

[:en]Last week I was honoured to accept a new role within the Conservative Caucus when I was appointed Deputy Shadow Minister for Employment, Workforce Development and Labour. At the most basic level, this new responsibility is about improving the standard of living and quality of life for all Canadians. By promoting an environment amenable to the creation of good jobs and by ensuring that Canadians have access to the skills training they need to be a part of Canada’s modern labour force everyone benefits. I am excited about these new responsibilities and I promise to do all that I can to use my influence to stand up for Canadian workers and Canadian job creators.

Our Conservative Party came out of the gate strong and united as the fall session of Parliament began. The number one issue is of course the Liberal’s attempt to ram through tax changes for small businesses, farms and professionals. These tax changes will cripple the economy and force layoffs and foreclosures while leaving the private fortunes of the Prime Minister, Finance Minister and their friends untouched. In some cases small businesses and family farms could see their tax rate go as high as 73%. That is outrageous and my colleagues and I are fighting hard to keep your money where it belongs, in your pocket.

While tax issues are being given precedence so far this session, there are two other important economic issues that you should be aware of.

NAFTA: The Government is in the process of re-negotiating the North American Free Trade Agreement. NAFTA is an agreement signed by Canada, the United States and Mexico creating trilateral free trade across North America. One-in-five Canadian jobs are created as a result of free trade agreements and it’s critical that Justin Trudeau protect these well-paying jobs. Sadly, with his record of ineffectiveness on foreign trade agreements, Canadians aren’t holding their breath. Trudeau’s failure to close the softwood lumber agreement with former President Obama means that President Trump now has that as a major bargaining chip to use against us at the negotiating table. Moreover Trudeau’s economic polices make it increasingly difficult for Canadian negotiators to make the case that U.S. firms need access to the Canadian market.

BORDER SECURITY: Illegal migrants continue to flood over our border. The latest numbers show that since January of this year more than 13,000 illegal migrants have crossed into Canada—over 800 through our own riding of Provencher. The cost of processing, supporting and in many cases deporting these individuals is costing Canadian taxpayers in the hundreds of millions of dollars. Money doesn’t grow on trees. Those hundreds of millions have to come from somewhere. Either it will be taken from somewhere else (hurting the Canadians that money was earmarked for) or new taxes will be put in place to recoup the costs (again hurting Canadians). Moreover, it is unacceptable that those who enter Canada illegally should receive more generous benefits than many Canadian citizens enjoy. Those hundreds of millions of dollars should be going to benefit Canadians and to protecting our national security via border enforcement. The Government should be the champion of Canada’s fair and legal immigration system and those who work hard to enforce it, not those who flout it and enter illegally.

How Justin Trudeau can think that a small business owner using a legal process in the tax code is cheating and unfair, but a person crossing the border illegally isn’t is beyond me. Rest assured, however, our Conservative team will continue to stand up for Canadians this fall; championing common sense economic policies that are inclusive of all Canadians, not just Justin Trudeau’s fortunate few.
[:fr]La semaine dernière, c’est avec un grand honneur que j’ai accepté un nouveau rôle au sein du caucus conservateur lorsque j’ai été nommé ministre adjoint du cabinet fantôme en matière d’Emploi, de Développement de la main-d’œuvre et du Travail. Fondamentalement, cette nouvelle responsabilité a trait à l’amélioration du niveau de vie et de la qualité de vie de tous les Canadiens. Nous devons encourager la mise en place d’un environnement favorable à la création de bons emplois et veiller à ce que les Canadiens aient accès à la formation professionnelle dont ils ont besoin pour faire partie de la main-d’œuvre moderne du Canada dont tous bénéficient. Je suis très enthousiaste face à ces nouvelles responsabilités et je prends l’engagement de faire tout ce que je peux pour utiliser mon influence afin de défendre les travailleurs canadiens et les créateurs d’emplois du Canada.

Notre Parti conservateur a entamé la session parlementaire de l’automne avec beaucoup de vigueur et de façon très unie. Le premier enjeu qui nous concerne est évidemment la tentative du Parti libéral d’imposer des changements fiscaux pour les petites entreprises, les entreprises agricoles et les professionnels. Ces changements fiscaux nuiront à l’économie et entraîneront des mises à pied et des fermetures sans toucher aux fortunes privées du premier ministre, du ministre des Finances et de leurs amis. Dans certains cas, les petites entreprises et des entreprises agricoles familiales pourraient voir leur taux d’imposition atteindre 73 %. Ceci est outrageux. Mes collègues et moi-même continuerons de nous battre pour que votre argent demeure où il doit être, soit dans votre portefeuille.

Même si les enjeux fiscaux occupent une grande partie des débats jusqu’à présent cet automne, deux autres enjeux économiques importants doivent attirer votre attention.

ALENA – Le gouvernement a entrepris les renégociations sur l’Accord de libre-échange nord-américain. L’ALENA est un accord signé par le Canada, les États-Unis et le Mexique qui permet les échanges commerciaux trilatéraux en Amérique du Nord. Un emploi sur cinq au Canada est créé grâce aux accords de libre-échange et il est impératif que Justin Trudeau protège ces emplois bien rémunérés. Malheureusement, à la suite des piètres résultats qu’il a obtenus en matière d’accords commerciaux avec des pays étrangers, les attentes des Canadiens ne sont pas très élevées. Puisque le gouvernement Trudeau n’avait pas réussi à s’entendre avec le président Obama relativement à l’Accord sur le bois d’œuvre résineux, le président Trump possède maintenant un atout majeur dans les négociations, un atout qu’il peut utiliser contre nous à la table de négociation. De plus, les politiques économiques du gouvernement Trudeau compliquent la tâche des négociateurs canadiens qui doivent démontrer que les entreprises américaines doivent avoir accès au marché canadien.

SÉCURITÉ DES FRONTIÈRES – Les migrants illégaux continuent d’affluer à nos frontières. Les derniers chiffres obtenus indiquent que depuis janvier de cette année, plus de 13 000 migrants illégaux ont traversé la frontière vers le Canada — plus de 800 d’entre eux dans notre propre comté de Provencher. Les coûts liés au traitement, au soutien et, dans de nombreux cas, à la déportation de ces personnes représentent des centaines de millions de dollars pour les contribuables canadiens. L’argent ne pousse pas dans les arbres. Ces centaines de millions de dollars doivent venir de quelque part. Soit ces fonds proviendront d’un autre portefeuille (et ne profiteront pas aux Canadiens auxquels ils étaient destinés), soit de nouvelles taxes seront créées pour assumer ces coûts (une fois de plus au détriment des Canadiens). De plus, il est inacceptable que ceux qui entrent au Canada de façon illégale reçoivent des prestations plus généreuses que celles accordées à de nombreux citoyens canadiens. Ces centaines de millions de dollars devraient être consacrés aux Canadiens et à la protection de notre sécurité nationale par l’application de la loi aux frontières. Le gouvernement devrait défendre le système d’immigration équitable et légal du Canada, ainsi que les personnes qui travaillent avec acharnement à l’application des règles de ce système, et non les personnes qui ne le respectent pas et qui entrent illégalement au pays.

Comment Justin Trudeau peut-il accuser un propriétaire de petite entreprise qui utilise un processus légal du code fiscal de tricher et d’être déloyal alors qu’il permet à des personnes de traverser la frontière illégalement? Cela me dépasse. Toutefois, rassurez-vous, notre équipe du Parti conservateur continuera de défendre les Canadiens cet automne. Nous serons les champions des politiques économiques axées sur le gros bon sens et qui seront inclusives pour tous les Canadiens, non seulement pour les quelques amis fortunés de Justin Trudeau.
[:]