Ted Falk se joint au Comité des finances de la Chambre des communes

Ottawa (Ontario) – Ted Falk, député de Provencher, est ravi de se joindre au Comité permanent des finances de la Chambre des communes.

« Siéger au Comité des finances n’est pas une mince affaire, a déclaré M. Falk. Il fait partie des comités qui tendent à avoir une grande visibilité, parce qu’il traite de l’argent du gouvernement. »

Le Comité s’est retrouvé sous les projecteurs plus tôt cette année, lorsqu’il a tenu des séances télévisées sur le scandale UNIS impliquant le gouvernement libéral, avant que Justin Trudeau demande à la gouverneure générale de proroger le Parlement, mettant ainsi fin à l’enquête du Comité.

Le mandat du Comité des finances consiste notamment à examiner toute question que lui renvoie la Chambre des communes et toutes les questions relatives à l’administration et au fonctionnement du ministère des Finances et de l’Agence du revenu du Canada et à en faire rapport, ainsi qu’à mener des consultations prébudgétaires.

« Le Comité des finances joue un rôle absolument essentiel dans la gestion des finances du pays, a affirmé M. Falk. Comme Justin Trudeau n’a aucunement essayé d’établir un cadre financier clair dans son dernier discours du Trône, nous avons du pain sur la planche. »

« Les libéraux ont vidé la tirelire avant la pandémie de COVID 19, a ajouté M. Falk. Maintenant, ils font face à une crise nationale à partir d’une position de faiblesse financière, plutôt que de la position de force que le gouvernement conservateur précédent leur avait laissée. Justin Trudeau n’a pas perdu de temps pour tout gaspiller. »

M. Falk a souligné que son expérience d’entrepreneur et de propriétaire de petite entreprise, ainsi que ses 16 années comme président et président du conseil d’administration de la Steinbach Credit Union l’aideront à bien remplir son nouveau rôle.

« J’ai hâte de travailler aux côtés de mes amis et collègues conservateurs Pierre Poilievre, Pat Kelly et Tamara Jansen », a dit M. Falk. M. Poilievre est ministre du cabinet fantôme conservateur pour les finances et M. Kelly est ministre du cabinet fantôme pour la petite entreprise.

« C’est un honneur pour moi d’accepter ce nouveau rôle et de m’atteler à la tâche de demander des comptes aux libéraux de Justin Trudeau par rapport au désastre financier qu’ils ont causé. »