Plus de belles promesses libérales sur l’infrastructure

Les préoccupations les plus courantes dont mon bureau entend parler sont le manque d’accès et la mauvaise qualité de l’infrastructure de l’Internet à haut débit et des services cellulaires dans certaines parties de notre circonscription.

En 2020, l’Internet et les téléphones portables peuvent rapidement devenir des nécessités. Alors que de plus en plus de commerces et de services gouvernementaux sont mis en ligne, les habitants des régions rurales du Canada sont désavantagés.

Le bilan de Justin Trudeau en matière d’infrastructure est catastrophique.

En cinq ans, les libéraux ont été incapables de débloquer les fonds nécessaires et de mettre pelles en terre.

Il n’est pas surprenant, étant donné les nombreux scandales des libéraux, que leur Banque d’infrastructure ait fait l’objet de l’actualité davantage pour les primes et les démissions des cadres que pour les projets de création d’emplois. La vérificatrice générale enquête actuellement sur leur manque de transparence et de responsabilisation.

Les provinces et les municipalités, y compris ici même à Provencher, continuent d’attendre le financement fédéral pour des projets importants.

En début de semaine, Justin Trudeau a annoncé un plan de croissance de 10 milliards de dollars de la Banque du Canada.

Une fois de plus, Justin Trudeau ne fait que de belles promesses et abandonne des millions de Canadiens.

Les Canadiens n’ont pas besoin de plus de mots-clics et des séances photos de la part des libéraux. Ils ont besoin d’un vrai plan pour bâtir des routes, des ponts, des chemins de fers et, bien sûr, une meilleure infrastructure pour les réseaux cellulaires et l’Internet à haut débit.
Qui plus est, cette annonce n’était pas nouvelle. Il s’agissait simplement d’une nouvelle annonce de la part des libéraux concernant l’argent qu’ils avaient déjà promis et qu’ils n’avaient pas fourni aux MR.

Trois ans, 35 milliards de dollars, et aucun projet achevé. C’est un échec.

La Chine communiste a réalisé plus de projets d’infrastructures financés avec l’argent de nos contribuables que le Canada.

Alors que les Canadiens sont toujours aux prises avec la COVID-19, qu’ils peinent à joindre les deux bouts, que quatre-vingt-dix pour cent des petites entreprises ne peuvent pas accéder aux programmes gouvernementaux, le programme de Justin Trudeau abandonne les travailleurs et les entreprises d’un océan à l’autre.

Lorsque j’ai pris la parole à la Chambre, mardi dernier, j’avais une question très simple à poser au gouvernement libéral :

« Monsieur le Président,

Trois ans. Trente-cinq milliards de dollars. Aucun projet n’a été réalisé. C’est le bilan catastrophique de la Banque d’infrastructure des libéraux.

Une nouvelle annonce de financement de la part du premier ministre est tout aussi inutile que l’a été cette Banque.

Mes électeurs ont besoin d’un accès Internet à large bande fiable. D’une amélioration des corridors commerciaux. D’un soutien des priorités municipales en matière d’infrastructure.

Quand les libéraux vont-ils supprimer la Banque d’infrastructure et obtenir des résultats pour les Canadiens ? »

La réponse étrange de la ministre de l’Infrastructure, Catherine McKenna s’est concentrée sur son cheval de bataille, les changements climatiques, vantant un bilan libéral en matière d’infrastructure qui relève plus du rêve que de la réalité.

Les Canadiens méritent mieux.

Sous le leadership d’Erin O’Toole, un nouveau gouvernement conservateur va renforcer l’économie en investissant dans tous les secteurs de l’économie canadienne, et pas seulement dans les régions qui votent pour les libéraux.

Nous allons mettre un terme la banque d’infrastructure de 35 milliards de dollars de Justin Trudeau, qui n’a été rien d’autre qu’un gaspillage de l’argent des contribuables, et présenter un véritable plan qui permettra de construire des projets créateurs d’emplois.

Nous ferons en sorte que les Canadiens abandonnés par Justin Trudeau puissent améliorer leur quotidien.