Les politiques Provencher sont adoptées au Congrès

La semaine dernière, le Parti conservateur du Canada a tenu son Congrès d’orientation semestriel. Plus de trois mille délégués (10 de chaque circonscription au Canada) se sont réunis pendant trois jours, en ligne, pour débattre des politiques que notre parti proposera lors de la prochaine élection.

Les circonscriptions de tout le Canada ont présenté des centaines de propositions de politiques. Celles-ci ont ensuite été soumises au vote des membres du parti, ce qui a permis de réduire à 34 le nombre de propositions de politiques qui ont été proposées au Congrès.

Je suis fier de dire que, parmi les centaines de propositions, ce n’est pas une, mais deux propositions provenant de Provencher qui ont été retenues. Les deux ont été adoptées avec un appui massif au Congrès, et elles sont le reflet de notre circonscription.

Statistiques Canada a, une fois de plus, désigné Steinbach comme la ville la plus généreuse du Canada en matière de dons de bienfaisance (de nombreuses autres communautés de notre circonscription se situent également bien au-delà de la moyenne nationale).

La première politique était basée sur mon projet de loi d’initiative parlementaire de 2016, le projet de loi C-239 : Loi sur l’équité en matière de dons de bienfaisance.

En quelques mots, la proposition de politiques suggère que les dons à un parti politique ne devraient pas bénéficier d’un allègement fiscal plus favorable que les dons à un organisme de bienfaisance enregistré.

Les organismes de bienfaisance jouent un rôle essentiel dans la société canadienne et nous croyons que les Canadiens devraient être incités à les soutenir en augmentant l’incitation fiscale à le faire.

La politique se lit comme suit :

« Le Parti conservateur reconnaît que les organismes de bienfaisance canadiens fournissent des services essentiels à nos collectivités et qu’ils sont bien équipés pour améliorer le bien-être de nos collectivités. À ce titre, nous croyons que les dons de charité ne devraient pas recevoir un traitement moins favorable que les dons politiques ».

Nous sommes également une circonscription qui compte un grand nombre de familles d’accueil et de familles adoptives.

La deuxième politique demande à un futur gouvernement conservateur de mettre en place une stratégie nationale d’adoption.

Le Canada compte quelque 78 000 enfants dans le système de protection de l’enfance. Près de la moitié de ces enfants deviendront des pupilles de l’État et ne connaîtront jamais l’amour et la stabilité que procure une famille « permanente ».
Parmi eux, près de la moitié connaîtront des problèmes d’attachement ou d’autres problèmes de santé mentale et beaucoup auront également des démêlées avec le système de justice pénale.

Les coûts humains, sociaux et financiers des enfants placés, qu’ils affectent directement ou indirectement les contribuables, s’élèvent à des milliards de dollars par année.

Bien que la protection de l’enfance soit principalement une compétence provinciale, le gouvernement fédéral a un rôle à jouer.

Le plus grand besoin d’un enfant est une famille stable qui le protège, qui lui procure un sentiment d’identité et, par-dessus tout, de l’amour. Les mesures prévues dans cette politique peuvent contribuer à promouvoir et à faciliter l’adoption domestique et aider les enfants pris en charge à trouver leur famille « permanente ».

La politique se lit comme suit :

« Un gouvernement conservateur créera une stratégie nationale d’adoption comprenant une campagne de sensibilisation pour promouvoir l’adoption domestique tout en travaillant avec les provinces pour assurer un accès égal à l’adoption pour tous les enfants. Nous croyons que l’adoption domestique devrait être remboursée par l’impôt et nous soutenons l’utilisation d’incitatifs fiscaux pour ceux qui adoptent ».

J’ai été très heureux de constater le large soutien dont bénéficient nos politiques, et je suis très fier de notre équipe et des gens formidables ici, à Provencher.

Il y a une raison pour laquelle nous présentons ces politiques.

En tant que député, mon travail consiste à être le porte-parole de mes électeurs et ces politiques reflètent la générosité d’esprit qui règne ici, à Provencher.

J’ai hâte que les conservateurs du Canada forment le gouvernement et mettent en œuvre ces politiques de compassion et de bon sens qui profiteront à tant de familles canadiennes.