Déclaration sur la proposition de quarantaine obligatoire à l’hôtel

Ottawa (Ontario) – Ted Falk, député de Provencher, a réagi hier à la proposition du gouvernement libéral d’imposer une quarantaine obligatoire aux Canadiens qui rentrent au Canada :

« La semaine dernière, les libéraux ont annoncé leur intention d’exiger que “tous les voyageurs aériens arrivant au Canada, à quelques rares exceptions, effectuent une réservation pour rester trois nuits à l’un des hôtels approuvés par le gouvernement du Canada, et ce, à leurs frais. Ils devront également subir, à leurs frais, un test de dépistage moléculaire de la COVID-19 à leur arrivée”.

La même semaine où cette mesure a été annoncée, le gouvernement du Manitoba a imposé aux Manitobains de nouvelles restrictions sur les déplacements interprovinciaux.

Les Canadiens font de nombreux sacrifices pour aider les gouvernements à lutter contre la COVID 19. Après un an, les gouvernements imposent encore régulièrement aux Canadiens de nouvelles restrictions, qui sèment souvent la confusion.

Multiplier les restrictions, ce n’est pas la solution. Les gouvernements ont imposé des confinements et des restrictions pour se donner le temps de trouver des solutions permanentes. Dépistage rapide, vaccins, capacité de dépistage des nouveaux variants, traitements : tous les outils existent maintenant. Nous devrions y avoir recours pour réduire ou éliminer les périodes de quarantaine, comme le font nos alliés étrangers, plutôt que d’imposer de nouvelles restrictions. Le problème, c’est que Justin Trudeau n’a pas acquis ni déployé les outils nécessaires pour que cela soit possible.

Le gouvernement libéral, comme pour presque tout ce qu’il fait depuis la dernière année, met du temps avant de réagir de façon irréfléchie, puis improvise une solution qu’il annonce et adopte avant même qu’on ait songé aux conséquences éventuelles. Les libéraux ne font qu’ajouter à la confusion.

De toute évidence, les libéraux continueront de demander aux Canadiens de faire des sacrifices, car ils ne fournissent pas les outils nécessaires pour assouplir les restrictions et protéger les personnes vulnérables.

Je demande au premier ministre de reconnaître les énormes sacrifices que font déjà les Canadiens, d’assumer la responsabilité de ses échecs et de revenir sur sa décision. »