Déclaration au sujet du discours du Trône du gouvernement libéral

Steinbach (Manitoba) – Ted Falk, député de Provencher, a publié la déclaration suivante au sujet du discours du Trône du gouvernement libéral :

« En août dernier, le premier ministre Justin Trudeau a demandé à la gouverneure générale de proroger le Parlement jusqu’au 23 septembre. Cette décision a entraîné l’abolition des comités parlementaires chargés de faire enquête sur le rôle que le premier ministre a joué dans le scandale impliquant l’organisme de bienfaisance UNIS, en plus de le mettre à l’abri des interrogatoires de l’opposition. Cela lui a également donné l’occasion de tracer la voie à suivre pour le Canada en cette période de turbulences sanitaires et économiques.

Après ces six semaines perdues pendant lesquelles il aurait pu trouver des solutions aux problèmes des Canadiens en collaboration avec le Parlement, force est de constater que Justin Trudeau n’a pas réussi à tracer clairement la voie pour les nombreuses personnes, familles et entreprises qui sont plongées dans l’incertitude et qui ont du mal à joindre les deux bouts.

Le discours du Trône est rempli d’expressions creuses ressassées à satiété par les libéraux, mais il ne présente pas clairement ce que les libéraux comptent faire pour que les Canadiens restent en santé et que l’économie canadienne se rétablisse rapidement après les contrecoups de la pandémie de COVID 19. Il ne permet pas de savoir comment les libéraux passeront des paroles aux actes alors que les Canadiens ont cruellement besoin de mesures concrètes.

Les libéraux ont notamment fait fi de l’une des principales demandes des premiers ministres des provinces, dont celui du Manitoba, Brian Pallister, à savoir d’accroître le financement destiné aux services de santé. Au lieu de fournir aux provinces les ressources dont elles ont besoin pour veiller à la santé de la population, les libéraux continuent de faire comme si le gouvernement fédéral savait mieux que tout le monde comment agir; il faut donc s’attendre à ce qu’un nombre sans cesse croissant de décisions soient prises bien loin des personnes les plus directement touchées.

Le discours du Trône reste aussi muet quant aux mesures à prendre pour remédier aux effets combinés de la pandémie et de la taxe sur le carbone des libéraux sur le secteur agricole. Il n’aborde aucunement les inquiétudes que soulèvent le sentiment d’aliénation de l’Ouest et la question de l’unité nationale.

Justin Trudeau sera à l’origine d’une dette record et il refilera la facture aux prochaines générations, pourtant rien n’a été fait pour définir un cadre budgétaire clair. Ce n’est pas en alourdissant la dette et en faisant des dépenses effrénées qu’on aide les Canadiens, et c’est d’autant plus vrai lorsqu’on n’arrive pas à leur démontrer en quoi ces mesures leur bénéficieraient.

Dans la mesure où Justin Trudeau n’a pas abordé ces questions primordiales, il est impossible d’appuyer le discours du Trône.

Sous la direction d’Erin O’Toole, les conservateurs forment un gouvernement en puissance sérieux, humain et éthique qui a à cœur les intérêts des Canadiens. Ils continueront de se battre pour que des mesures rigoureuses soient prises afin de mieux protéger les Canadiens et de favoriser la reprise économique. »