Cessez vos petits jeux politiques, M. le premier ministre !

Pour tous ceux qui ont suivi la situation de près, il est clair que le premier ministre Justin Trudeau a très hâte au déclenchement des élections, et ce, depuis des mois. Il ne veut tout simplement pas être celui qui les déclenchera.

Ces derniers mois, Justin Trudeau a orchestré plus d’une demi-douzaine de « votes de confiance » pour que les partis de l’opposition tentent de faire tomber son gouvernement via le déclenchement d’une élection.

Le remaniement ministériel de mardi, qui était nécessaire en raison de la décision du ministre libéral, Navdeep Baines, de démissionner et de ne pas se présenter aux prochaines élections, nous indique que les Canadiens pourraient bientôt se rendre aux urnes.

Dans une série d’entrevues de fin d’année, Justin Trudeau a évoqué à maintes reprises la possibilité de tenir des élections au printemps.

Il a également été rapporté qu’il a récemment affirmé devant les membres du conseil d’administration du Parti libéral « que des élections de printemps » seront possiblement déclenchées.

De plus, la semaine dernière, le premier ministre a de nouveau évoqué la possibilité d’une élection au printemps, mais cette fois-ci sur les ondes d’une station de radio montréalaise.

Dans tous les cas, il a soigneusement précisé qu’il ne voulait pas d’élections, mais qu’il était tout de même prêt à en organiser si elles étaient déclenchées.
Cela l’a peut-être mis à l’abri de toute critique, en particulier si d’autres partis demandaient des élections, mais aucun d’entre eux ne l’a fait. Seuls les libéraux désireux de retrouver un gouvernement majoritaire sont prêts à se rendre aux urnes.

Je ne reproche pas au premier ministre de vouloir des élections, compte tenu des récents chiffres des sondages flirtant avec une possible majorité.

Par contre, ce que je lui reproche, c’est de jouer à des petits jeux politiques, alors qu’il devrait, au contraire, se concentrer sur le relèvement de l’économie du Canada qui est présentement dévastée. Il devrait aussi travailler avec les premiers ministres des provinces pour que les Canadiens retrouvent une vie normale, et ce, le plus rapidement possible.

Comme d’habitude, Justin Trudeau se concentre sur son principal objectif, c’est-à-dire lui-même. Malheureusement, les Canadiens en paient toujours le prix.

Pendant que le premier ministre joue à des petits jeux politiques en période de crise nationale, les conservateurs du Canada continuent de travailler pour vous.

Néanmoins, nous serons prêts, lorsque les libéraux forceront la tenue d’élections au printemps.

Quand les Canadiens entendront nos idées, je suis convaincu qu’ils verront qu’il existe une meilleure option que les libéraux de Justin Trudeau.