Nominate someone deserving for the King Charles III Coronation Medal - Click here!

Liberals Allow ISIS Fighters Back Into Canada

[:en]It should go without saying that the Government of Canada has a responsibility to keep Canadians safe from those who wish to do us harm. But this week, the Liberals have shown once again just how dangerous their thinking is when it comes to terrorism.

Recently, a spokesperson for Liberal Public Safety Minister Ralph Goodale told CBC News that foreign terrorist travellers returning to Canada “require the appropriate disengagement and reintegration support.” This may be the single most concerning statement I have ever heard from the Trudeau Liberals. Instead of expressing concern for the safety of Canadians, the Liberals want to reintegrate ISIS fighters into Canadian society.

To offer one colourful example of the Liberals’ naivety, in September they gave $367,000 to one initiative which created podcasts and poetry as a means to counter radical beliefs. I find it troubling that this is among the “solutions” being offered by this Liberal government but one can hardly be surprised given that it was this same Liberal government that rewarded convicted terrorist Omar Khadr with an apology and $10.5 million.

It’s a disturbing fact that some Canadians leave our country to join ISIS, voluntarily choosing to fight against everything Canada stands for – to take up arms against Canadian troops and those of our allies. These radicalized individuals travel to war zones and commit heinous atrocities. They hold women and children hostage, sometimes sexually abusing and torturing them. They murder and execute innocent people. They impose their will through unspeakable violence.

And then some return to Canada.

Government estimates indicate that more than 200 Canadians have been terrorist travellers, going overseas to fight with ISIS. Around 60 of these individuals have gone and returned to Canada.

A workshop organized by the Canadian Security Intelligence Service (CSIS) assessed the threat of foreign fighters returning to Canada in late 2015. The workshop’s report cited analysts who said that returnees represent “a major and unparalleled threat to the West.” The document continued: “Even a small minority of returnees with combat experience and continued allegiance to ISIS represent a major threat.” Yet for the Liberals the main concern is helping these people return to our communities.

This is particularly strange given Minister Goodale’s comments over the weekend. He told a reporter that: “Once a person has been in a war zone, once they’ve been actively engaged in terrorist-related activities, the capacity to turn them around is pretty remote.” So to summarize, the Liberals want to reintegrate terrorist travellers into Canadian society by way of government programs (that you’ll be paying for), but they know it probably won’t work. This doesn’t sound like a government taking seriously its duty to keep Canadians safe.

Returning ISIS fighters are not victims. They chose to become cold-blooded killers dedicated to a murderous ideology. Once an individual has voluntarily joined ISIS, he has become a skilled, combat-capable fighter. He knows how to build bombs. We need to think critically about why individuals who despise our country would even want to reintegrate into our society. Even Public Safety Canada, in a 2016 report, indicated that returning terrorist travellers “may have skills, experience and relationships developed abroad that could be used to recruit or inspire individuals in Canada. They may also engage in terrorist financing, helping others to travel, or even planning attacks in Canada.”

Unbelievably, in response to a question from Conservative leader Andrew Scheer, Justin Trudeau said: “We recognize the return of even one individual may have serious national security implications.” If Justin Trudeau really believes that, instead of welcoming terrorists back to Canada and allowing them to rejoin Canadian society, the Liberals need to send a clear message that if these individuals return to Canada they will be prosecuted to the fullest extent of the law for their crimes against humanity. Anything less would represent a serious failure by this government to live up to its sacred duty to protect Canadians.

Conservatives are calling on the Liberal government to be transparent with Canadians. We’re calling on them to adopt the same tough policies that our closest allies have implemented when it comes to returning terrorist travellers. We’re speaking out to demand the Liberals provide integration supports for victims of ISIS like Yazidi genocide survivors. For Conservatives, law abiding Canadians always come first, not ISIS terrorists.
[:fr]Il devrait être inutile de préciser que le gouvernement du Canada a la responsabilité d’assurer la sécurité des Canadiens contre ceux qui nous veulent du mal. Cette semaine, les libéraux ont une fois de plus démontré à quel point leurs idées sont dangereuses sur le plan du terrorisme.

Tout récemment, un porte-parole du ministre libéral de la Sécurité publique, Ralph Goodale, a déclaré à CBC News : « Le retour des voyageurs terroristes étrangers et de leurs familles exige un soutien approprié en matière de désengagement et de réinsertion. » Je pense n’avoir jamais entendu de déclaration aussi inquiétante de la part des libéraux. Plutôt que d’exprimer leur inquiétude quant à la sécurité des Canadiens, les libéraux souhaitent réintégrer des combattants du groupe État islamique (EI) dans la société canadienne.

Pour vous donner un exemple coloré de la naïveté des libéraux, en septembre, ils ont injecté 367 000 $ dans un projet qui s’était donné pour objectif de combattre les croyances radicales en produisant des baladodiffusions et des poèmes. Je suis interloqué de voir que des choses pareilles font partie des « solutions » offertes par le gouvernement libéral, mais je dois dire qu’il n’y a rien d’étonnant à cela quand on pense que ce même gouvernement libéral a présenté des excuses assorties d’une récompense de 10,5 millions de dollars au terroriste reconnu coupable, Omar Khadr.

Il est troublant de constater que des Canadiens quittent le pays pour grossir les rangs de l’EI, qu’ils choisissent volontairement de se battre contre tout ce que le Canada incarne – et prennent les armes contre nos troupes canadiennes et celles de nos alliés. Ces individus radicalisés se rendent dans des zones de guerre pour commettre les atrocités les plus abjectes. Ils prennent des femmes et des enfants en otage, qu’ils vont parfois jusqu’à torturer et maltraiter sexuellement. Ils assassinent et exécutent des innocents. Ils imposent leur volonté par des actes d’une violence inqualifiable.

Et voilà que certains d’entre eux rentrent au Canada.

Selon les estimations du gouvernement, ils sont plus de 200 Canadiens à avoir pris l’avion pour aller combattre aux côtés de l’EI. Environ 60 de ces voyageurs terroristes sont rentrés au Canada.

Un atelier organisé par le Service canadien du renseignement de sécurité (SCRS) à la fin de 2015 a évalué la menace que présentaient les combattants à l’étranger qui retournent au Canada. Le rapport de l’atelier cite des analystes qui concluent que la vague de combattants qui regagnent leur pays d’origine « représente pour l’Occident une menace sérieuse et exceptionnelle, unique dans l’histoire du terrorisme. » Le rapport poursuit en indiquant que : « Cette petite minorité de combattants aguerris qui maintiennent leur allégeance à l’EIIL fait peser une menace sérieuse. » Or, la principale préoccupation des libéraux est d’aider ces individus à rentrer chez nous.

Voilà qui est particulièrement étrange si l’on tient compte des propos tenus par le ministre Goodale le week-end dernier. Le ministre a dit à un journaliste que dès qu’une personne s’est rendue dans une zone de guerre, dès qu’elle s’est livrée activement à des activités liées au terrorisme, les possibilités de la faire changer d’avis sont très minces. Donc, pour résumer, les libéraux veulent réintégrer les voyageurs terroristes étrangers dans la société canadienne au moyen de programmes gouvernementaux (que vous paierez de votre poche), tout en sachant qu’il y a peu de chances que cela fonctionne. On ne peut pas dire que cette attitude ressemble à celle d’un gouvernement qui prend son devoir d’assurer la sécurité des Canadiens au sérieux.

Les combattants de l’EI qui rentrent au pays ne sont pas des victimes. Ils ont délibérément choisi de devenir des meurtriers d’innocents, et ce, au nom d’une idéologie tout aussi meurtrière. Un individu qui, de son plein gré, a rallié le groupe État islamique est devenu un combattant aguerri, parfaitement entraîné pour le combat. Il sait fabriquer des bombes. Nous devons réfléchir de façon critique et nous demander pourquoi des individus qui n’ont que du mépris pour notre pays voudraient réintégrer notre société. Dans un rapport de 2016, Sécurité publique Canada indiquait que les voyageurs extrémistes de retour dans leurs pays « peuvent posséder des habiletés, de l’expérience et des liens acquis à l’étranger qui pourraient servir à recruter ou à inspirer d’autres personnes au Canada. Ils peuvent aussi mener des activités de financement du terrorisme, aider d’autres individus à voyager ou même planifier des attentats au Canada. »

Plus confondante encore est cette réponse de Justin Trudeau à une question du chef conservateur, Andrew Scheer : « Nous sommes conscients que le retour au pays ne serait-ce que d’une personne pourrait avoir de graves répercussions sur la sécurité nationale. » Si Justin Trudeau croit vraiment ce qu’il dit, au lieu d’ouvrir la porte aux terroristes de retour au Canada et de les laisser réintégrer notre société, les libéraux doivent faire clairement comprendre que si ces individus rentrent au Canada, ils seront poursuivis avec toute la rigueur de la loi pour crime contre l’humanité. S’en tenir à moins serait un manquement grave au devoir sacré qu’a le gouvernement de protéger les Canadiens.

Les conservateurs exhortent le gouvernement libéral à faire preuve de transparence à l’endroit des Canadiens. Nous appelons le gouvernement à adopter les mêmes politiques strictes que celles mises en place par nos alliés les plus proches à l’égard des voyageurs terroristes qui reviennent au pays. Nous réclamons des libéraux que des services de soutien à l’intégration soient offerts à ceux qui, comme les survivants au génocide des yézidis, sont des victimes du groupe État islamique. Pour les conservateurs, ce sont les Canadiens respectueux de la loi qui passent en premier, pas les terroristes de l’EI.
[:]