Do you support the Conservative plan to axe the tax? Click here to let me know!

Opposition to Carbon Tax Grows

[:en]Recently, Canada’s premiers got together in New Brunswick to discuss a number of important files including trade, the economy, and health care. But it was Justin Trudeau’s Liberal carbon tax that stole the show as provincial leaders grappled with the Prime Minister’s threats to impose his carbon tax on provinces that refuse to comply with his plan.

Opposition to the Liberal carbon tax ramped up when the Province of Ontario announced that it will intervene in support of Saskatchewan’s court challenge of the tax. Both Manitoba and Prince Edward Island have indicated that the Liberal plan will hurt their residents and have sought to implement their own environmental plans that take local needs into consideration. New Brunswick is also now reconsidering its own plans in light of countrywide opposition to the Liberal carbon tax. Yet the Liberals have essentially responded that they know best and demanded these provinces comply.

Far from the collaborative approach the Trudeau Liberals promised to the provinces when running for office, we’ve seen Justin Trudeau and his environment minister time and time again telling provinces to do as they’re told or expect consequences. Forcing the provinces to accept a one-size-fits-all policy that ignores the unique local needs and circumstances of their communities is the wrong approach.

According to a report released by the University of Calgary, Canadians could end up paying $1,100 per year or more thanks to the Liberal carbon tax, so it’s no surprise provincial leaders are apprehensive about the proposal. The Government of Saskatchewan also commissioned a study which found that a carbon tax could reduce their province’s GDP by almost $16 billion between 2019 and 2030 with little effect on emissions. The Parliamentary Budget Officer released a report recently which found that the Liberal carbon tax will take $10 billion out of the Canadian economy by 2022, while other estimates argue the cost could be as much as $35 billion per year. So the Liberal plan will cost Canadians dearly – hurting workers and their families – but won’t even have a meaningful impact on emissions.

Right now, Justin Trudeau is increasing the cost of living for every Canadian, including driving already skyrocketing gas prices even higher with his carbon tax scheme. As Conservative leader Andrew Scheer has made clear, a future Conservative government will not impose a federal carbon tax. In fact, the very first act of a Conservative government will be to eliminate the tax and give families relief. This position will serve to help those who are already finding it hard to make ends meet with the increasing cost of living. It also respects the provinces and allows them to make policy decisions based on their unique needs and circumstances. Canadians can count on our Conservative Opposition to continue to fight for both lower taxes and responsible measures to protect our environment.
[:fr]Récemment, les premiers ministres des provinces canadiennes se sont réunis au Nouveau-Brunswick pour discuter de plusieurs enjeux importants comme le commerce, l’économie et les soins de santé. C’est cependant la taxe sur le carbone des libéraux de Justin Trudeau qui a volé la vedette, puisque les leaders provinciaux s’en sont pris aux menaces du premier ministre Trudeau d’imposer sa taxe sur le carbone aux provinces qui refusent de suivre son plan.

L’opposition à la taxe libérale sur le carbone a gagné en ampleur lorsque la province de l’Ontario a annoncé qu’elle allait soutenir la contestation de la taxe par la Saskatchewan devant les tribunaux. Autant le Manitoba que l’Île-du-Prince-Édouard ont mentionné que le plan des libéraux allait nuire à leurs habitants et les deux provinces ont tenté d’instaurer leur propre plan environnemental tenant compte des besoins locaux. Le Nouveau-Brunswick envisage maintenant de créer son propre plan à la lumière de l’opposition à la taxe sur le carbone libérale qui s’exprime partout au pays. Cependant, la réponse des libéraux se résume à affirmer qu’ils ont raison et que les provinces doivent obtempérer.

Au lieu d’adopter l’approche collaborative que les libéraux de Trudeau avaient promise aux provinces pendant la dernière campagne électorale, Justin Trudeau et sa ministre de l’Environnement ont, à maintes reprises, exigé des provinces qu’elles marchent au pas si elles ne voulaient pas s’exposer à des conséquences. Contraindre les provinces à adopter une politique unique qui ne tient pas compte des besoins locaux et des réalités des collectivités n’est pas la bonne approche.

Selon un rapport produit par l’Université de Calgary, la taxe libérale sur le carbone pourrait coûter 1 100 $ par année aux Canadiens; il n’est donc pas étonnant que les leaders des provinces soient réticents face à cette proposition. Le gouvernement de la Saskatchewan a également commandé une étude qui a révélé que la taxe sur le carbone amputerait le PIB de la province de près de 16 milliards de dollars entre 2019 et 2030 sans que les émissions soient réduites de façon significative. Le directeur parlementaire du budget a récemment publié un rapport qui indiquait que la taxe libérale sur le carbone allait supprimer 10 milliards de dollars de l’économie canadienne d’ici 2022, mais d’autres estimations vont jusqu’à 35 milliards de dollars par année. Les plans des libéraux coûteront donc très cher aux Canadiens, aux travailleurs et à leur famille, sans avoir d’effet significatif sur les émissions.

Avec ses plans de taxe sur le carbone, Justin Trudeau fait présentement croître le coût de la vie de tous les Canadiens, notamment en propulsant encore plus haut le prix de l’essence qui était déjà à des niveaux record. En tant que chef du Parti conservateur, Andrew Scheer a affirmé clairement qu’un éventuel gouvernement conservateur n’allait pas imposer de taxe sur le carbone. D’ailleurs, la première mesure que prendrait un gouvernement conservateur serait d’éliminer la taxe afin de soulager les familles. Une telle mesure aiderait ceux qui peinent à joindre les deux bouts en raison de la croissance du coût de la vie. Elle respecterait également les provinces et leur permettrait de prendre des décisions respectant leurs besoins et leur situation. Les Canadiens peuvent compter sur l’opposition conservatrice pour continuer à exiger la réduction des taxes et l’adoption de mesures responsables pour protéger l’environnement.
[:]