Do you support the Conservative plan to axe the tax? Click here to let me know!

Parliament Resumes – With An Unexpected Twist

[:en]This week, after a busy summer spent with constituents from across Provencher, it was time to get back to Ottawa to continue the work of keeping the Liberal Government accountable.
However, this new session of Parliament came with a very unexpected twist.
Liberal Member of Parliament, Leona Alleslev, stood up to deliver a short speech just before Question Period was about to begin on Monday. As she spoke, the expressions of concern grew on the faces of her Liberal counterparts. As she communicated her increasing frustration with her own government it slowly became clear that she was about to drop a bombshell.
As she was wrapping up her speech, to the shock of her colleagues, Ms. Alleslev announced that after careful consideration she had decided that she could no longer serve her constituents as a Liberal Member of Parliament.
She then proceeded, amid thunderous applause, to walk across the floor and shake hands with Andrew Scheer and other Conservative Members on the opposition side of the House. She eventually took her seat as the new Conservative Member of Parliament for the riding of Aurora — Oak Ridges — Richmond Hill.
It was a brave and bold move for Ms. Alleslev to state that she had lost confidence in her own government and to explain why she felt that the Liberal Party no longer reflected her views or the views of the majority of her constituents.
Ms. Alleslev, a retired Captain with the Royal Canadian Air Force and former senior manager in the Department of National Defence, was elected as a Liberal in the 2015 federal election. Prior to her election, she held senior managerial roles with Bombardier Aerospace and IBM, and owned and operated two small businesses.
In her decision to join the Conservatives, she cited concerns with the economy, foreign policy, trade, and defence under the Trudeau government. She noted that her attempts to raise these concerns within the Liberal government were “met with silence.” Later she also stated “to have a strong economy and a strong country we need strong Federal leadership to rebuild our nation’s foundations…Today, we find ourselves at a tipping point in our country’s history. It’s my duty to stand and be counted. Our country is at risk.”
Many of these same concerns were brought up by residents here in Provencher this past summer as I visited communities around my riding. Many of you expressed your concerns about Liberal tax increases, illegal border crossings, and the Liberals’ mismanagement of NAFTA negotiations – among several other important issues.
There is no doubt that Justin Trudeau had a disastrous summer – and the first day back in Parliament was no reprieve. He was elected on a platform of strengthening the middle class, running a clean and ethical government, running small and temporary deficits and improving Canada’s presence on the world stage. He has failed on all counts.
Entering the fall session, along with our new colleague, Conservatives will continue to hold Justin Trudeau accountable for the illegal border crossings mess he has created in Emerson and other border communities. We will continue to advance initiatives to address rural crime and international trade. And we will continue to defend families who are seeing their taxes increase and jobs disappear under this government.
As the 2019 federal election approaches, Conservatives will put forward policy ideas that are focused on placing people before government and giving Canadians a principled, common sense, responsible alternative to Justin Trudeau’s Liberals.

[:fr]Cette semaine, après un été fort occupé aux côtés des électeurs de ma circonscription, Provencher, j’ai repris le chemin d’Ottawa pour poursuivre le travail que j’ai entrepris, soit obliger le gouvernement libéral à rendre des comptes.
Or, pour le début de la nouvelle session parlementaire, quelqu’un nous réservait une surprise de taille.
En effet, lundi, la députée libérale Leona Alleslev a pris la parole pour faire un bref discours, tout juste avant le début de la période des questions. À mesure qu’elle parlait, ses collègues du Parti libéral se montraient de plus en plus inquiets. À force de l’écouter énoncer ses frustrations grandissantes à l’égard de son propre gouvernement, tous ont fini par prendre conscience qu’elle était sur le point de larguer une bombe.
À la fin de son discours, à la grande surprise de ses collègues, Mme Alleslev a annoncé qu’après avoir bien réfléchi, elle avait décidé qu’elle ne pouvait plus servir les électeurs de sa circonscription en demeurant députée du Parti libéral.
Puis, sous un tonnerre d’applaudissements, elle a traversé le parquet et serré la main d’Andrew Scheer et d’autres députés conservateurs, du côté de l’opposition à la Chambre. Elle a par la suite commencé à siéger comme députée conservatrice de la circonscription d’Aurora — Oak Ridges — Richmond Hill.
La décision de Mme Allesev de déclarer qu’elle a perdu confiance en son propre gouvernement et d’expliquer pourquoi elle estime que les vues du Parti libéral ne correspondent plus aux siennes ou à celles de la majorité de ses électeurs était à la fois courageuse et audacieuse.
Mme Alleslev, qui a été capitaine dans l’Aviation royale canadienne (maintenant à la retraite) et cadre supérieure au ministère de la Défense nationale, a été élue comme députée libérale lors des élections fédérales de 2015. Avant cela, elle a occupé des postes au sein de la haute direction de Bombardier Aéronautique et d’IBM et elle a été propriétaire exploitante de deux petites entreprises.
Lorsqu’elle a annoncé sa décision de se joindre aux conservateurs, elle s’est dite préoccupée par les décisions prises par le gouvernement Trudeau en ce qui a trait à l’économie, à la politique étrangère, au commerce et à la défense. Elle a souligné que ses tentatives de faire part de ses préoccupations au gouvernement sont « demeurées sans réponse ». Plus tard, elle a également déclaré que pour « avoir une économie et un pays forts, il faut un excellent leadership à l’échelle fédérale pour relancer notre nation sur des bases plus solides. […] [Nous sommes aujourd’hui à un moment décisif de l’histoire de notre pays.] J’ai le devoir de prendre position. Notre pays est menacé ».
J’ai entendu bon nombre de préoccupations similaires cet été, qui ont été soulevées par les habitants de Provencher lorsque je leur ai rendu visite dans leurs collectivités. Nombreux sont ceux qui m’ont fait part de leurs inquiétudes au sujet des hausses d’impôt imposées par les libéraux, des passages illégaux à la frontière et du fait que les libéraux ont fort mal géré les négociations de l’ALENA, entre autres enjeux d’importance.
Il ne fait aucun doute que l’été a été désastreux pour Justin Trudeau, et les choses ne se sont certainement pas améliorées en cette première journée de retour au Parlement. Il a été élu parce qu’il a promis de renforcer la classe moyenne, de diriger un gouvernement intègre et soucieux de l’éthique, d’enregistrer uniquement de petits déficits temporaires et d’améliorer la présence du Canada sur la scène internationale. Il a échoué sur tous les plans.
En ce début de session, aux côtés de leur nouvelle collègue, les conservateurs continueront d’obliger Justin Trudeau à rendre des comptes relativement au gâchis des passages frontaliers illégaux qu’il a lui même créé, que ce soit à Emerson ou dans d’autres collectivités frontalières. Nous continuerons de promouvoir les initiatives visant à lutter contre la criminalité en milieu rural et à renforcer le commerce international et de défendre les familles qui voient leurs impôts augmenter et leurs emplois disparaître sous le présent gouvernement.
Les élections fédérales de 2019 approchent à grands pas, et dans cette optique, les conservateurs présenteront des politiques visant à faire passer les gens avant le gouvernement et à offrir aux Canadiens une solution de remplacement raisonnée, sensée et responsable aux libéraux de Justin Trudeau.
[:]