Do you support the Conservative plan to axe the tax? Click here to let me know!

Small Business Week – With an Ironic Liberal Twist

[:en]It’s been a difficult few weeks for Liberal Finance Minister Bill Morneau.

Fresh off weeks of negative coverage and public outcry over their proposed tax changes—that equal a massive tax hike on the middle class—the Liberals are now scrambling to change the channel by… implementing the Conservative Party’s small business tax cut.

Prime Minister Stephen Harper lowered the small business tax rate from 12% to 11% and in 2015, he committed to lowering it even further to 9%.

During the election, Justin Trudeau first said he’d match our tax break for small businesses. The Liberals broke that promise in 2016, and reversed our planned cut. Now in 2017 the Liberals are planning to raise taxes on local businesses, family farms and essential professional services like doctors.

The reaction from the majority of Canadians has been loud and clear: This is just wrong.

Now, in a desperate effort to change the channel and stop the terrible headlines, Trudeau announced he is going re-promise to lower the small business tax rate to 9% after all. Justin Trudeau claims this was his plan all along but if that’s true why is he only mentioning it now, and why only in 2019?

That is how, in an ironic twist of fate, this past Monday—the first day of “Small Business Week”—the Prime Minister and the Finance Minister found themselves sitting in a family owned Italian restaurant in Stouffville, Ontario; mugging for the cameras in an attempt to appear sincere and interested in the plight of small business owners and their employees.

All went well until they took questions from the media, when reporters confronted the Finance Minister over SCI Mas des Morneau; a shell corporation that he created as a tax haven for his luxury villa in the south of France—an asset he chose not to declare to the Federal Ethics Commissioner when he took office. Oops.

With thinly veiled contempt and a snarky retort Trudeau attempted to stand in front of his Finance Minister but the damage was done.

Bill Morneau is not the first Liberal Cabinet Minister to run afoul of the Ethics Commissioner. Justin Trudeau himself is currently under investigation over his use of nearly a quarter million dollars of taxpayer funds for a luxury vacation and for charging foreign lobbyists cash for access (this is the first time in Canadian history that a sitting Prime Minister has been investigated by the Ethics Commissioner).

Canadians are waking up to the high-tax hypocrisy of this Liberal government. Middle class Canadians will be the hardest hit by these tax changes while Justin Trudeau’s self-proclaimed “family fortune” will be left untouched by his tax hikes. As will Bill Morneau’s company Morneau Shepell. In fact, numerous financial experts have pointed out that Morneau Shepell stands to benefit financially from these tax changes.

The Liberals claim to be helping the middle class but in reality they’re just helping themselves. There is nothing “fair” about that.

Justin Trudeau cannot be trusted. He broke his promise before. He’ll break it again. If we let our guard down, he’ll raise the small business tax rate again. That’s why Canadians cannot afford to give the Trudeau Liberals a second term.

Conservatives are the party of prosperity for all Canadians and Canada’s Conservatives are listening to you. We have been fighting Justin Trudeau’s high-tax agenda every step of the way and we will continue to do so.
[:fr]Les dernières semaines ont été difficiles pour le ministre libéral des Finances Bill Morneau.

Après des semaines de couverture médiatique négative et le tollé général à la suite des changements fiscaux proposés – équivalents à une hausse fiscale importante pour la classe moyenne –, les libéraux tentent maintenant de changer le sujet en… mettant en œuvre le plan du Parti conservateur de réduction d’impôt pour la petite entreprise.

Le premier ministre Stephen Harper avait réduit le taux d’imposition des petites entreprises de 12 % à 11 %; en 2015, il s’était engagé à le réduire même davantage, soit jusqu’à 9 %.

Pendant la campagne électorale, Justin Trudeau avait d’abord énoncé qu’il égalerait notre allégement fiscal pour les petites entreprises. Les libéraux ont brisé cette promesse en 2016 et ils ont annulé la réduction que nous avions prévue. Aujourd’hui en 2017, les libéraux prévoient augmenter les impôts des entreprises locales, des exploitations agricoles familiales et des services professionnels essentiels tels que les médecins.

La réaction claire et forte de la majorité des Canadiens ne s’est pas fait attendre : c’est tout simplement injuste.

Maintenant, par une tentative désespérée de changer le sujet et de mettre fin aux manchettes désastreuses, Justin Trudeau a annoncé qu’en fin de compte, il va promettre à nouveau de réduire le taux d’imposition des petites entreprises à 9 %. Il affirme que cela avait toujours été son plan, mais si c’est la vérité, pourquoi le mentionne-t-il seulement maintenant? Et pourquoi seulement en 2019?

C’est ainsi que lundi dernier, par l’ironie du sort, lors de la première journée de la « Semaine de la PME », le premier ministre et le ministre des Finances se sont retrouvés dans un restaurant italien, une entreprise familiale à Stouffville, en Ontario. Ils ont fait des simagrées pour les photos en essayant d’avoir un air sincère et intéressé envers la situation difficile des propriétaires des petites entreprises et de leurs employés.

Tout s’est bien déroulé jusqu’aux questions des médias, alors que les journalistes ont confronté le ministre des Finances au sujet de la SCI Mas des Morneau; une société à actif nominal, un paradis fiscal qu’il a créé avec sa villa de luxe dans le sud de la France – un bien qu’il a choisi de ne pas déclarer au commissaire fédéral aux conflits d’intérêts et à l’éthique lorsqu’il est entré en fonction. Oups!

Avec un mépris à peine voilé et une réplique déplacée, Justin Trudeau a tenté de se placer en avant de son ministre des Finances, mais le dommage était déjà fait.

Bill Morneau n’est pas le premier ministre libéral à avoir des démêlés avec le commissaire aux conflits d’intérêts et à l’éthique. Justin Trudeau fait présentement l’objet d’une enquête quant à son utilisation de près d’un quart de million de dollars de fonds publics pour des vacances de luxe et pour la sollicitation de fonds auprès de lobbyistes étrangers (c’est la première fois de l’histoire du Canada qu’un premier ministre en exercice fait l’objet d’une enquête par le commissaire aux conflits d’intérêts et à l’éthique).

Les Canadiens sont en train de se rendre compte de l’hypocrisie de l’augmentation des impôts de ce gouvernement libéral. Les Canadiens de la classe moyenne seront les plus touchés par ces changements fiscaux, tandis que la « fortune familiale » autoproclamée de Justin Trudeau sera épargnée par ses hausses fiscales, de même que la société de Bill Morneau, Morneau Shepell. En fait, de nombreux experts financiers ont souligné que Morneau Shepell tirera profit financièrement de ces changements fiscaux.

Les libéraux prétendent aider la classe moyenne, mais en réalité, ils n’aident qu’eux mêmes. Il n’y a rien de « juste » dans cela.

Nous ne pouvons pas faire confiance à Justin Trudeau. Il a manqué à sa promesse auparavant. Il va la rompre à nouveau. Si nous relâchons notre vigilance, il haussera à nouveau le taux d’imposition des petites entreprises. C’est pourquoi les Canadiens ne peuvent se permettre d’accorder un deuxième mandat aux libéraux de Justin Trudeau.

Les conservateurs forment le parti de la prospérité pour tous les Canadiens et les conservateurs canadiens sont à votre écoute. Nous avons livré une bataille constante contre le programme d’augmentation des impôts de Justin Trudeau et nous continuerons à le faire.
[:]