Do you support the Conservative plan to axe the tax? Click here to let me know!

Supporting Compassionate Government

[:en]For parents, the birth of their child is a wonderful, exciting moment. Despite the stresses often characteristic of raising children, watching our kids grow up is a special blessing many of us know well. Yet sometimes, this beautiful picture is not the reality for many Canadian families.

Sadly, some Canadian parents experience the tragic loss of their infant child only a short time after his or her birth. Here in Canada, between 15% and 20% of pregnancies end in miscarriage and over 1,000 pregnancies end in stillbirth every year. Furthermore, almost 2,000 infants die before the age of one every year.

As any who have experienced the grief of loss know, such loss isn’t easy. Now imagine that in the midst of this grieving, the government cuts off your parental benefits and calls to inform you that you must pay back the money you received in the days following the death of your infant child. Unfortunately, this is exactly what happens to Canadian families living through these difficult circumstances.

We all understand the importance of responding with compassion to those facing difficult circumstances so we should expect the same from our government. My colleague, Conservative MP Blake Richards, introduced Motion 110 to take the first step in helping to improve the compassion shown for families in these situations. This motion instructs a parliamentary committee to study the impact on parents who have suffered the loss of an infant child, and to make recommendations to help improve the level of support for grieving parents. It seeks to ensure parents no longer suffer any undue financial or emotional hardship as a result of the design of government programming. I was pleased to extend my support for this motion as a joint-seconder.

When M-110 was first debated in the House of Commons recently, Liberal MP Karen McCrimmon gave a speech on behalf of the Liberal government, making several excuses as to why the Liberals could not support this motion. In order to ensure grieving parents get the support and compassion they deserve, we need the support of the Liberal majority for this motion to pass. Even if Justin Trudeau won’t support M-110, he should at least allow his Liberal MPs to vote their conscience. Please consider sending him an email at PM@pm.gc.ca to urge him to allow for a free vote on M-110.

Please also consider contacting MP Karen McCrimmon (613-992-1119, Karen.McCrimmon@parl.gc.ca), MP Adam Vaughan (Parliamentary Secretary to the Minister Families, Children and Social Development, 613-992-2352, Adam.Vaughan@parl.gc.ca), and MP Bryan May (Chair of Human Resources Committee, 613-996-1307, Bryan.May@parl.gc.ca) to call on them to support this compassionate motion. I’d appreciate if you copied my office on your emails at Ted.Falk.C1@parl.gc.ca. Together we can ensure grieving parents get the support and compassion they deserve.
[:fr]La naissance d’un enfant est, pour les parents, un événement à la fois merveilleux et émouvant. Malgré le stress qui accompagne souvent la tâche d’élever des enfants, les voir grandir est une bénédiction que nous sommes nombreux à pouvoir apprécier. Parfois, ce tableau idyllique n’est toutefois pas la réalité pour beaucoup de familles canadiennes.

Malheureusement, certains parents canadiens éprouvent la perte tragique d’un bébé peu après sa naissance. Ici au Canada, entre 15 et 20 % des grossesses se terminent par une fausse couche, et plus de 1 000 grossesses aboutissent à un enfant mort-né. De plus, chaque année, près de 2 000 nourrissons meurent avant l’âge d’un an.

Quiconque a vécu un deuil sait combien il est douloureux. Maintenant, imaginez, pendant que vous traversez cette épreuve, que le gouvernement mette fin à vos prestations parentales et vous appelle pour vous informer que vous devez rembourser l’argent reçu au lendemain du décès de votre nourrisson. C’est là la triste réalité pour les familles canadiennes éprouvées par un tel malheur.

Nous sommes tous conscients de la nécessité de traiter avec compassion les personnes en détresse, et nous devrions pouvoir en attendre autant de la part de notre gouvernement. Mon collègue, le député conservateur Blake Richards, a présenté la motion M-110, un premier pas vers l’amélioration du degré de compassion envers les familles dans ces circonstances. Cette motion vise à donner instruction à un comité parlementaire d’étudier les répercussions du décès d’un nourrisson sur les parents et de formuler des recommandations en vue d’améliorer le soutien aux parents endeuillés. L’objectif de la motion est d’éviter aux parents des difficultés financières ou émotionnelles indues en raison des modalités des programmes gouvernementaux. J’ai eu le plaisir d’appuyer conjointement cette motion.

Lorsque la motion M-110 a été débattue pour la première fois à la Chambre des communes récemment, la députée libérale Karen McCrimmon a pris la parole au nom du gouvernement libéral et a invoqué divers prétextes pour lesquels les libéraux ne pouvaient pas appuyer cette motion. Afin d’offrir aux parents endeuillés le soutien et la compassion qu’ils méritent, nous devons obtenir l’appui de la majorité libérale. Même si Justin Trudeau refuse d’appuyer la motion M-110, il devrait au moins permettre à ses députés libéraux de voter selon leur conscience. Je vous invite à lui envoyer un courriel à PM@pm.gc.ca pour lui demander de permettre un vote libre sur la motion M-110.

Je vous encourage également à communiquer avec la députée Karen McCrimmon (613-992-1119, Karen.McCrimmon@parl.gc.ca), le député Adam Vaughan, secrétaire parlementaire du ministre de la Famille, des Enfants et du Développement social (613-992-2352, Adam.Vaughan@parl.gc.ca), et le député Bryan May, président du Comité des ressources humaines (613-996-1307, Bryan.May@parl.gc.ca), pour les exhorter à appuyer cette motion empreinte de compassion. Je vous serais reconnaissant de me mettre en cc à Ted.Falk.C1@parl.gc.ca. Ensemble, nous pouvons veiller à ce que les parents endeuillés reçoivent le soutien et la compassion qu’ils méritent.

[:]