Do you support the Conservative plan to axe the tax? Click here to let me know!

Trudeau and Morneau Investigated for Ethics Violations…Again

[:en]Prime Minister Justin Trudeau and Finance Minister Bill Morneau are under investigation for ethics violations…again!

The controversy surrounds the awarding a nearly $1 billion grant—designed to pay students to volunteer—to WE charity, an organization with close ties to both men and the Liberal Party.

Despite initial denials, it turns out Mr. Trudeau’s wife, his mother and brother have been paid an unprecedented $566,346 in speaking fees and travel by the organization—thus creating a clear conflict of interest. Trudeau himself has also spoken at WE events.

Mr. Morneau had $41,000 in luxury travel paid for by WE. One of his daughters works for WE and another has spoken at multiple events. WE staff were also, allegedly, urged to attend Morneau political events. More conflict of interest.

This grant came at a time when WE was under intense financial pressure. Their former Board Chair testified in Ottawa last week that she was forced to resign after asking WE founders, Craig and Mark Kielburger, for financial records.

Moreover, the grant money did not go to WE proper but to a shell corporation designed as real estate holding company—why does a charity need that, one might ask?

You can Google a detailed timeline of the controversy but needless to say, handing nearly $1 billion of taxpayer money to a charity that was in serious financial and PR trouble means somebody dropped the ball, bigtime.

If this was a one-time occurrence one might be able to chalk it up to the pressure of responding to COVID-19, or just plain stupidity, but this is hardly the first ethical dilemma this Liberal Government has found itself facing.

Bill Morneau was investigated, previously, by the Ethics Commissioner in 2017 for failing to disclose property he owned and again in 2018 for alleged insider trading.

Justin Trudeau has been investigated numerous times by the Ethics Commissioner and been found guilty of breaking federal conflict of interest laws on two previous occasions—the first sitting Prime Minster to be found guilty of such offences.

Mr. Trudeau testified before the Finance Committee last week and, to nobody’s surprise, refused to accept responsibility. Just the usual double talk, platitudes and excuses that have come to characterize his public persona.

Since becoming Prime Minister, Justin Trudeau’s government has given WE millions of taxpayer dollars. In return, WE gave Justin Trudeau and the Liberal Party a platform to promote their ideology directly to thousands of impressionable young people. This was a mutually beneficial political alliance.

Like his interference in the SNC Lavalin prosecution, this was about bailing out the Prime Minister’s friends.

The Ethics Commissioner is investigating, the Finance Committee continues their hearings, and Conservatives have written to the Lobbying Commissioner and the RCMP asking them to investigate as well.

We will continue to hold Justin Trudeau and his government accountable and we will keep fighting for the answers that Canadians deserve.[:fr]Le premier ministre Justin Trudeau et l’ancien ministre des Finances, Bill Morneau, font l’objet d’une enquête pour violation de l’éthique … encore une fois !

La controverse entoure l’attribution d’une subvention de près d’un milliard de dollars, destinée à rémunérer les étudiants qui font du bénévolat, à l’association caritative UNIS, une organisation qui a des liens étroits avec ces deux hommes et le Parti libéral.

Malgré les dénégations initiales, il s’avère que la femme de M. Trudeau, sa mère et son frère ont reçu un montant sans précédent de 566 346 dollars en frais d’allocution et de déplacement de la part de l’organisation, ce qui crée un conflit d’intérêts évident. M. Trudeau lui-même a également pris la parole lors d’événements organisés par UNIS.

M. Morneau a été invité par UNIS à participer à des voyages de luxe d’une valeur totale de 41 000 $. Une de ses filles travaille pour UNIS et une autre a pris la parole lors de multiples événements. Le personnel d’UNIS aurait également été invité à assister à des événements politiques organisés par M. Morneau. Encore un conflit d’intérêts.

Cette subvention est arrivée à un moment où UNIS éprouvait d’immenses difficultés financières. L’ancienne présidente de leur conseil d’administration a déclaré lors de son témoignage à Ottawa, la semaine dernière, qu’elle a été contrainte de démissionner après avoir demandé aux fondateurs d’UNIS, Craig et Mark Kielburger, de lui fournir des documents financiers.

Qui plus est, les subventions ne sont pas allées à UNIS à proprement parler, mais à une société-écran destinée à être une société de portefeuille immobilière — pourquoi une organisation caritative a-t-elle besoin de cela, pourrait-on demander ?

Vous pouvez trouver, sur Google, une chronologie détaillée de la controverse, mais il va sans dire que le fait de donner près d’un milliard de dollars de l’argent des contribuables à une organisation caritative qui avait de sérieux problèmes financiers et de relations publiques signifie que quelqu’un a lamentablement manqué à son devoir.

S’il s’agissait d’un événement unique, on pourrait le mettre sur le compte de la pression exercée par la nécessité de répondre à la COVID-19, ou simplement sur le compte de la stupidité, mais ce n’est pas le premier conflit d’intérêts auquel ce gouvernement libéral est confronté.

Bill Morneau a déjà fait l’objet d’une enquête menée par le commissaire à l’éthique, en 2017, pour avoir omis de divulguer des biens qu’il possédait et de nouveau, en 2018, pour délit d’initié présumé.

Justin Trudeau a fait l’objet de nombreuses enquêtes de la part du commissaire à l’éthique et a été reconnu coupable d’avoir enfreint les lois fédérales sur les conflits d’intérêts à deux reprises – le tout premier ministre à être reconnu coupable de tels délits.

M. Trudeau a témoigné devant le Comité des finances, la semaine dernière et, sans surprise, a refusé d’en assumer la responsabilité. Il n’a fait que tenir ses propos habituels, les platitudes et les excuses qui en sont venues à caractériser sa personnalité publique.

Depuis qu’il est devenu premier ministre, le gouvernement de Justin Trudeau a donné des millions de dollars de l’argent des contribuables à UNIS. En retour, UNIS a donné à Justin Trudeau et au Parti libéral une plate-forme pour promouvoir leur idéologie directement auprès de milliers de jeunes gens impressionnables. Il s’agissait d’une alliance politique mutuellement bénéfique. Tout comme son ingérence dans le procès de SNC Lavalin, il s’agissait de renflouer les coffres des amis du premier ministre.

La commissaire à l’éthique enquête, le Comité des finances poursuit ses audiences, et les conservateurs ont écrit au commissaire au lobbying et à la GRC pour leur demander d’enquêter également.

Nous continuerons à exiger des comptes de Justin Trudeau et de son gouvernement et nous continuerons à lutter pour obtenir les réponses que les Canadiens méritent.[:]