Do you support the Conservative plan to axe the tax? Click here to let me know!

Trudeau Travels While Canadians Stay Home

[:en]Prime Minister Justin Trudeau has wrapped up his G7 meetings in the UK and a NATO summit in Brussels.

While it is important for world leaders to meet like this, the hypocrisy of Mr. Trudeau jetting all over Europe after a year and half of telling Canadians to stay home is a little hard to stomach.

Harder still, when he returns to Canada, the Prime Minister will not be staying in a “government-approved” hotel for his quarantine. After making Canadians suffer in hotels where basic necessities like food, water and security are often not available, the PM and his team will stay in an Ottawa hotel.

That should make Canadians sit up and ask a couple of questions.

One, given that, under current rules—put in place by Justin Trudeau—international flights are only allowed to fly into Montreal, Toronto, Calgary, and Vancouver, why will the PM and his team be landing in Ottawa?

Two, if the PM and his team are flying into Ottawa—where they all live—why waste thousands of taxpayer dollars on hotel rooms and food when they could all, just as easily, quarantine at home? Once again, we have the Prime Minister clearly demonstrating that he believes there is one set of rules for him and another one for everyone else.

While Mr. Trudeau—despite his transparently disingenuous virtue signalling to the contrary—has always led by the maxim, “do as I say, not as I do”, this shows a new level of arrogance, even for this Prime Minister.

A post by my friend and colleague the Hon. Pierre Poilievre sums up the situation well:

“Trudeau’s regime is fining my constituent $10,000 for crossing the border for an hour to get medicine. Yet this 1-dose maskless hypocrite breaks all his own rules to schmooze it up with the rich and famous. As he would say: rules are for little people.”

For Justin Trudeau to travel the world while his government continues to try to convince Canadians it is unsafe to do so is, frankly, ridiculous. If it is safe for the PM to travel, then I see no reason why the general public shouldn’t be allowed to do the same.

Mr. Trudeau, along with other leaders continue to say, wait for Canadians to be vaccinated. Yet thousands of Canadians are already fully vaccinated and their lives have not changed. The PM can go jetting off around the world and they are still stuck in their homes.

Moreover, vaccines are not mandatory—nor should they be. They are a choice. Everyone who wants one should have timely access to one, and those who choose not to should not face penalties, repercussions or loss of privileges for that choice.

Canadians have a Charter right (Section 6) to freedom of movement, both internationally and interprovincially. That’s why I strongly oppose the idea of vaccine passports or other restrictions on travel for Canadian citizens.

Government responses to COVID-19 have been divisive enough. We don’t need further division caused by those same leaders creating two classes of citizens, allowing one group to live their life and restricting another—or by jetting off to the other side of the world for chardonnay and a series of photo-ops.

Leaders who are more interested in stroking their own egos than the plight of their citizens have forgotten what leadership means—and Canadians deserve better.[:fr]Le premier ministre Justin Trudeau vient de conclure ses réunions du G7 au Royaume-Uni et son sommet de l’OTAN à Bruxelles.

Il est certes important que les dirigeants mondiaux tiennent de telles réunions, mais l’hypocrisie de monsieur Trudeau voyageant en avion dans tous les coins de l’Europe après avoir passé un an et demi à répéter aux Canadiens de rester à la maison est un peu dure à accepter.

Pire encore, à son retour au Canada, le premier ministre ne fera pas de quarantaine dans un hôtel « approuvé par le gouvernement ». Après avoir fait souffrir des Canadiens dans des hôtels où il manquait souvent des choses élémentaires comme de la nourriture, de l’eau et des services de sécurité, le premier ministre et son équipe séjourneront dans un hôtel d’Ottawa.
Cela devrait amener les Canadiens à se lever et à poser quelques questions.

Premièrement, étant donné que selon les règles actuelles – mises en place par Justin Trudeau –, les vols internationaux sont autorisés seulement à destination de Montréal, de Toronto, de Calgary et de Vancouver, alors pourquoi le premier ministre et son équipe vont-ils atterrir à Ottawa?

Deuxièmement, si le premier ministre et les membres de son équipe vont atterrir à Ottawa – où ils vivent tous –, pourquoi gaspiller des milliers de dollars des contribuables pour des chambres d’hôtel et de la nourriture alors qu’ils pourraient tout aussi facilement faire leur quarantaine à la maison?
Encore une fois, le premier ministre montre clairement que selon lui, les règles qui s’appliquent dans son cas ne sont pas les mêmes que celles qui s’appliquent aux autres Canadiens.

Bien qu’il laisse entendre le contraire en se drapant d’un semblant de vertu qui ne dupe personne, monsieur Trudeau a toujours dirigé selon la maxime « Faites ce que je dis, pas ce que je fais ». Or, même pour ce premier ministre, les décisions dont il est question ici constituent un nouveau sommet d’arrogance.

Une publication de mon ami et collègue, l’honorable Pierre Poilievre, résume bien la situation :

« Le régime de Trudeau a imposé une amende de 10 000 $ à un électeur de ma circonscription pour avoir traversé la frontière pendant une heure afin de se procurer des médicaments. Pourtant, cet hypocrite qui n’a reçu qu’une dose de vaccin et qui ne porte pas de masque brise toutes les règles qu’il a lui-même établies afin d’aller faire l’accolade aux gens riches et célèbres. Comme il le dirait lui-même : “Les règles sont pour le petit peuple.”

Il est franchement ridicule que Justin Trudeau parcoure le monde pendant que son gouvernement continue d’essayer de convaincre les Canadiens qu’il est dangereux de le faire. Si le premier ministre peut voyager en toute sécurité, je ne vois pas pourquoi le grand public ne serait pas autorisé à faire de même.

Monsieur Trudeau, ainsi que d’autres dirigeants, continue de dire : il faut attendre que les Canadiens soient vaccinés. Pourtant, des milliers de Canadiens ont déjà reçu leurs deux doses de vaccin, et leur vie n’a pas changé. Le premier ministre peut faire le tour du monde en avion pendant qu’ils restent coincés à la maison.

De plus, les vaccins ne sont pas obligatoires – et ils ne devraient pas l’être, d’ailleurs. C’est un choix. Tous ceux qui veulent un vaccin devraient pouvoir en recevoir un rapidement, et ceux qui choisissent de ne pas se faire vacciner ne devraient pas subir des pénalités, des répercussions ou des pertes de privilèges en raison de ce choix.

La liberté de circulation, tant à l’échelle internationale que d’une province à une autre, est un droit garanti aux Canadiens en vertu de la Charte (article 6). C’est pourquoi je m’oppose fermement à l’idée de passeports vaccinaux et à d’autres formes de restrictions touchant les déplacements des citoyens canadiens.

Les réponses gouvernementales à la COVID-19 sont déjà assez clivantes comme ça. Nous n’avons pas besoin que les mêmes dirigeants causent de la division supplémentaire en créant deux catégories de citoyens – un groupe qui peut vivre sa vie et un autre qui est visé par des restrictions – ou en se rendant à l’autre bout du monde pour boire du chardonnay et faire des séances de photos.

Les dirigeants qui s’intéressent plus à leur propre égo qu’aux difficultés de leurs citoyens ont oublié ce qu’est le leadership – et les Canadiens méritent mieux.[:]