Do you support the Conservative plan to axe the tax? Click here to let me know!

Update on Liberal Bill to Regulate Social Media

[:en]Many of you have already heard of Bill C-10, the Liberal government’s bill granting powers to the Canadian Radio-television and Telecommunications Commission (CRTC) to regulate social media content. Lots of you reached out to express concerns about the implications of this bill on freedom of expression. I share those concerns. For those wondering where things are at and what comes next, here’s some additional background and an update.

When Bill C-10 was first introduced, it wasn’t particularly controversial. It wasn’t a perfect bill, but it’s objective of promoting Canadian culture and content was at least well-intentioned. That all changed when Liberal members of the Heritage Committee – the committee tasked with studying the bill – voted to strip Bill C-10 of Section 4.1 which essentially protected user-generated social media content from government regulation.

It’s notable that the Liberal government originally saw fit to include this provision in the first draft of the bill. In fact, during the Liberal Heritage Minister’s speech on the bill in November, he said: “Our approach is balanced, and we have made the choice to exclude a number of areas from the new regime. User-generated content will not be regulated, news content will not be regulated and video games will be excluded.” Why, then, did Liberal MPs remove the very provision that allowed the Heritage Minister to claim his approach was “balanced”?

Without Section 4.1, there is no longer clear protection in Bill C-10 for social media content. Facebook or Instagram posts, YouTube videos – they could all be forced to abide by CRTC rules. To be clear, Bill C-10 doesn’t try to prescribe what those rules should be. That’s why the Heritage Minister keeps claiming his bill won’t impact freedom of expression. But since the bill would grant unprecedented power to the CRTC to regulate as they see fit, it creates the conditions for government regulation of social media, and by extension free expression online. That’s enough cause for concern for me, but you don’t need to take my word for it.

Dr. Michael Geist is a Law Professor and Canada Research Chair in Internet and E-commerce Law. He has been one of the leading expert voices raising alarm with this bill. As he told the Heritage Committee earlier this week, “no one, literally no other country, uses broadcast regulation to regulate user-generated content in this way. There are good reasons that all other countries reject this approach. It is not that they don’t love their creators and want to avoid regulating Internet companies. It is that regulating user-generated content in this manner is entirely unworkable, a risk to net neutrality and a threat to freedom of expression.”

When a new bill is introduced in Parliament, the Justice Department provides a “Charter Statement” to outline any potential effects a bill may have on Charter rights and freedoms. Since the Liberals decided to remove Section 4.1 at the Heritage Committee, Opposition MPs told the Liberals to present a new Charter Statement that took these changes into account. Our efforts were successful and the Liberals were forced to reassess the bill.

Armed with a new statement, the Liberal Justice Minister claimed Bill C-10 is “consistent with the Charter”. He admitted, however, that “the bill’s regulatory requirements have the potential to engage freedom of expression in Section 2(b) of the Charter.” In other words, freedom of expression may indeed be impacted by Bill C-10.

Emily Laidlaw, Canada Research Chair in Cybersecurity Law at the University of Calgary, responded to the new statement: “my humble legal opinion is the statement is nonsense.” She went on to point out that while the government isn’t proposing to regulate users directly, they are planning to regulate social media platforms and require them to regulate users. The effect will be that user-generated content is government regulated.

Dr. Michael Geist noted that: “From a charter perspective, the statement issued by Justice…simply does not contain analysis or discussion about how the regulation of user-generated content as a program intersects with the charter.”

Peter Menzies is a past vice-chair of the CRTC – the government agency that will regulate internet content if Bill C-10 passes. He knows the inner workings of the organization. He wrote that: To many, putting the CRTC in charge of the internet is like putting a logging company in charge of the Great Bear Rainforest.” He went on to call Bill C-10 “a national embarrassment” and urged Canada’s cultural sector to keep its distance from this bill.

Despite these experts’ concerns, the Liberals are still repeating their tired talking points that Bill C-10 is about helping Canadian artists and creators. Apparently it’s too hard for them to support Canadian cultural content while respecting the freedom of expression guaranteed in the Charter. Canadian artists deserve much better from the Liberal government than Bill C-10.

As Conservative Leader Erin O’Toole has said: “It is unfair to trample on the rights of Canadians, to try and mislead them by saying they must accept regulation of their social media in order to help artists. That is not only disingenuous but the deceit shows why they tried to sneak in this change.”

Unfortunately, the Bloc Québécois has announced they will support the Liberal government in passing this bill. If you have your calculators handy to do the vote math, you’ll quickly note this gives the Liberals the majority they need in the House of Commons to pass Bill C-10. If you live in a riding represented by a Liberal or Bloc Québécois MP, please take the time to reach out and urge them to reverse course. You can also contact Heritage Minister Steven Guilbeault directly at steven.guilbeault@canada.ca.

Bill C-10 leaves the door wide open for governments – present and future – to infringe on Canadians’ rights. In a society that values freedom of speech and expression, a bill like this shouldn’t be passed with so little regard for those freedoms.

Conservatives have been clear that, if this bill passes, a future Conservative government would repeal it. There are important concerns that are worth addressing, such as creating a level playing field between large foreign streaming services and Canadian broadcasters. But this has to be done without compromising the fundamental freedoms of Canadians.[:fr]Bon nombre d’entre vous ont déjà entendu parler du projet de loi C-10, le projet du gouvernement libéral octroyant le pouvoir de réglementer le contenu des médias sociaux au Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC). Vous avez été nombreux à communiquer avec nous pour nous faire part de vos préoccupations concernant les répercussions de ce projet de loi sur la liberté d’expression. Je partage vos inquiétudes. Pour ceux qui se demandent où les choses en sont et ce qui suivra, voici quelques renseignements supplémentaires et un état de la situation.

Lorsque le projet de loi C-10 a été présenté pour la première fois, il n’était pas particulièrement controversé. Il n’était pas parfait, mais son objectif de promouvoir la culture et le contenu canadiens découlait au moins de bonnes intentions. Tout a changé lorsque les membres libéraux du Comité du patrimoine, le comité mandaté pour étudier le projet de loi C-10, ont voté pour retirer l’article 4.1, qui protégeait essentiellement le contenu généré par les utilisateurs contre la réglementation gouvernementale.

À noter que le gouvernement libéral avait à l’origine cru bon d’inclure cette disposition dans la première version du projet de loi. Effectivement, lors du discours du ministre libéral du Patrimoine sur le projet de loi en novembre, il a déclaré : « Nous avons adopté une approche équilibrée et avons choisi d’exclure un certain nombre de domaines de la nouvelle loi. Les contenus générés par les utilisateurs, les contenus d’actualité et les jeux vidéo ne seront pas réglementés. » Alors pourquoi les députés libéraux ont-ils retiré la seule disposition qui permettait au ministre du Patrimoine de déclarer que son approche était « équilibrée »?

Sans l’article 4.1, il n’y a plus de protection explicite dans le projet de loi C-10 pour le contenu des médias sociaux. Les publications Facebook et Instagram tout comme les vidéos YouTube pourraient toutes être assujetties aux règles du CRTC. Il est vrai que le projet de loi C-10 ne tente pas de prescrire ce que devraient être ces règles. C’est pour cette raison que le ministre du Patrimoine continue de prétendre que son projet de loi n’aura pas d’incidence sur la liberté d’expression. Or, étant donné que le projet de loi accorderait au CRTC un pouvoir sans précédent lui permettant de réglementer le tout comme il l’entend, cela instaure des conditions propices à la réglementation gouvernementale des médias sociaux et, par extension, de la libre expression en ligne. C’est un motif d’inquiétude suffisant pour moi, mais vous n’êtes pas obligés de me croire sur parole.

Michael Geist, docteur en droit et professeur de droit à l’Université d’Ottawa, est titulaire de la Chaire de recherche du Canada en droit d’Internet et du commerce électronique. Il est l’un des grands experts ayant sonné l’alarme concernant ce projet de loi. Comme il l’a déclaré en substance au Comité du patrimoine plus tôt cette semaine, « personne, littéralement aucun autre pays, ne se sert de la réglementation en matière de radiodiffusion pour contrôler le contenu généré par les utilisateurs de cette façon, et pour de bonnes raisons. Cela ne signifie pas qu’ils n’aiment pas leurs créateurs et qu’ils essaient d’éviter d’imposer des règles aux entreprises de l’Internet. C’est plutôt parce que de gérer le contenu généré par les utilisateurs de cette manière est entièrement infaisable et constitue un risque pour la neutralité du réseau et une menace pour la liberté d’expression. »

Quand un nouveau projet de loi est présenté au Parlement, le ministère de la Justice produit un « énoncé concernant la Charte » décrivant les effets que pourrait avoir un projet de loi sur les droits et libertés garantis par la Charte. Étant donné que les libéraux ont décidé de retirer l’article 4.1 au Comité du patrimoine, les députés de l’opposition leur ont demandé de présenter un nouvel énoncé concernant la Charte à la lumière de ces changements. Nos efforts ont été couronnés de succès et les libéraux ont été forcés de réévaluer le projet de loi.

Armé d’un nouvel énoncé, le ministre libéral de la Justice a déclaré que le projet de loi C-10 était conforme à la Charte. Il a toutefois admis que « les exigences réglementaires du projet de loi […] pourraient mettre en jeu l’alinéa 2b) de la Charte ». En d’autres mots, le projet de loi C-10 peut effectivement porter atteinte à la liberté d’expression.

Emily Laidlaw, titulaire de la Chaire de recherche du Canada en droit de la cybersécurité à l’Université de Calgary, a réagi ainsi à la nouvelle déclaration : « à mon humble avis juridique, cette déclaration est insensée [TRADUCTION]. » Elle a poursuivi en soulignant que le gouvernement ne propose pas de réglementer les utilisateurs directement, mais plutôt les plateformes des médias sociaux et de les obliger à réglementer les utilisateurs. En fin de compte, le contenu généré par les utilisateurs sera réglementé par le gouvernement.

M. Geist mentionne que : « du point de vue de la Charte, l’énoncé publié par le ministère de la Justice ne contient tout simplement pas d’analyse sur les liens entre la réglementation du contenu des utilisateurs comme programme et la Charte [TRADUCTION] ».

Peter Menzies, un ancien vice-président du CRTC, soit l’organisme gouvernemental qui réglementera le contenu publié sur Internet si le projet de loi C-10 est adopté, connaît les rouages de l’organisation. Il écrit que, pour beaucoup de gens, confier au CRTC la responsabilité d’Internet équivaut à charger une entreprise d’exploitation forestière de gérer la forêt pluviale de Great Bear. Il a ajouté que le projet de loi C-10 est une « honte nationale », et a exhorté le secteur culturel canadien à s’en tenir loin.

Malgré les inquiétudes de ces experts, les libéraux continuent de répéter les mêmes points de discussion selon lesquels le projet de loi C-10 est conçu pour aider les artistes et créateurs canadiens. Apparemment, il est trop difficile pour eux de soutenir le contenu culturel canadien tout en respectant la liberté d’expression garantie par la Charte. Les artistes canadiens méritent mieux que ce projet de loi de la part du gouvernement libéral.

Comme l’a dit le chef conservateur Erin O’Toole : « C’est injuste de piétiner les droits des Canadiens, d’essayer de les tromper en leur faisant croire qu’ils doivent accepter la réglementation de leurs médias sociaux afin d’aider les artistes. C’est non seulement malhonnête, mais cette tromperie montre également la raison pour laquelle ils ont essayé d’introduire ce changement en douce [TRADUCTION]. »

Malheureusement, le Bloc Québécois a annoncé qu’il appuierait le gouvernement libéral pour faire adopter ce projet de loi. Si vous avez votre calculatrice à portée de mains, vous constaterez rapidement que cela donne aux libéraux la majorité nécessaire pour son adoption à la Chambre des communes. Si vous habitez dans une circonscription représentée par un député libéral ou bloquiste, prenez le temps de communiquer avec eux et de les inciter à faire marche arrière. Vous pouvez également joindre le ministre du Patrimoine Steven Guilbeault directement à son adresse courriel : steven.guilbeault@canada.ca.

Le projet de loi C-10 laisse la porte grande ouverte aux gouvernements actuels et futurs pour bafouer les droits des Canadiens. Dans une société qui valorise la liberté de parole et d’expression, un tel projet de loi prenant si peu en considération ces libertés ne devrait pas être adopté.

Les conservateurs ont été clairs : si ce projet est adopté, un futur gouvernement conservateur l’abrogera. D’importantes questions méritent d’être abordées, comme la création de conditions de concurrence équitables entre les grands services étrangers de diffusion en continu et les diffuseurs canadiens. Or, le tout doit être fait sans mettre en péril les libertés fondamentales des Canadiens.[:]